•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fillette morte à Granby : son cadet confié à la DPJ

Des peluches, des fleurs et des messages d'amour ont été déposés devant la maison où a été découverte la fillette de Granby. « Repose en paix petite princesse », peut-on lire sur l'une des poupées.

Des peluches, des fleurs et des messages d'amour ont été déposés devant la maison où a été découverte la fillette de Granby en avril dernier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un enfant, qui est le cadet de la fillette de Granby morte tragiquement en avril dernier, sera confié à la DPJ et demeurera dans une famille d'accueil.

Dans un jugement rendu mardi matin, le juge Mario Gervais parle d'un parcours de vie accablant et traumatisant à en glacer le sang pour l’enfant appelé X dans le jugement, puisqu'on ne peut pas l'identifier pour des raisons de confidentialité.

À cinq ans, [l’enfant] est déjà un écorché de la vie.

Mario Gervais, juge de la Cour du Québec

Tout comme sa sœur, l'enfant aurait lui aussi fait l'objet de violence physique de la part de son père et de sa belle-mère.

Le juge blâme la DPJ

La DPJ a été blâmée dans la décision du juge Mario Gervais. Le magistrat affirme que les droits de l’enfant ont été lésés et que les suivis ont été déficients à son propos.

De nombreuses défaillances ont fait en sorte que le système de protection des enfants a échoué à protéger Tililly* maintenant décédée. Or, ce même système a également failli à sa tâche envers X.

Mario Gervais, juge de la Cour du Québec

En 2018, il y avait eu des signalements auprès de la DPJ pour l’enfant et sa grande sœur. Selon le juge, la DPJ aurait dû surveiller sa famille pour s'assurer qu'il était en sécurité. La DPJ aurait aussi dû veiller à ce que les parents aient la formation nécessaire pour être de bons parents, estime le juge, qui souligne que cela n'a pas été fait.

La DPJ avait demandé qu’une ordonnance de non-publication s’applique à ce dossier. Le juge a rejeté en partie cette demande, faisant valoir qu’une ordonnance de non-publication ne pourrait qu’ébranler la confiance de la population envers ses institutions judiciaires.

La mère biologique de l'enfant ne pourra pas avoir sa garde pour le moment, mais elle pourra toutefois maintenir des contacts supervisés avec celui-ci.

L'avocate de la mère de l'enfant dit que cette dernière se dit très contente de ce jugement, parce qu'elle va pouvoir reprendre contact avec lui.

Elle entend, dans six mois, à la fin de la validité du jugement, demander la garde complète de son enfant.

* Tililly est un prénom d'origine haïtienne donné par Régine Laurent à la fillette de Granby.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Enfance

Justice et faits divers