•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg veut un comité citoyen sur l'histoire autochtone dans les monuments de la ville

Une monument avec une colonne et une statue d'un soldat trônant sur cette colonne.

Cette statue rend hommage à un soldat mort en combattant le chef métis Louis Riel choque le maire de Winnipeg Brian Bowman.

Photo : Radio-Canada / Mohamed-Amin Kehel

Mohamed-Amin Kehel

Le comité exécutif de la Ville de Winnipeg a adopté une nouvelle politique sur le projet Welcoming Winnipeg qui vise à ouvrir le dialogue sur la place des monuments, artères et places rappelant l'histoire colonialiste de la région.

Le comité exécutif de la Ville de Winnipeg a décidé mardi matin de former un comité citoyen ayant pour mandat de réfléchir à la place de l'histoire coloniale et autochtone dans l'espace public.

Ce comité devra faire des recommandations à savoir s'il faut retirer complètement les noms de rues, de monuments et d'autres rappels historiques controversés ou leur apposer des plaques faisant une mise en contexte historique qui tient compte de la perspective autochtone aussi bien que coloniale.

Un rapport remis à la Ville montre justement qu’une majorité de Winnipégois s'oppose à la modification des noms de ces espaces publics sensibles.

Le comité citoyen sera composé à 50 % d'Autochtones et devra aussi représenter les communautés LGBTQ+, non binaires et bispirituelles. Il est également prévu que des historiens et des archivistes en fassent partie.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, veut ainsi aller de l'avant en tant que communauté sur la question.

Une action saluée

Le président du Centre national pour la vérité et la réconciliation, Ry Moran, estime que cette initiative est « absolument nécessaire » et va permettre « d’avoir des conversations très importantes ».

La chose qui est vraiment importante et d’assurer que notre communauté est inclusive et de s’assurer qu’il y a de la place pour toutes les histoires.

Ry Moran, président, Centre national pour la vérité et la réconciliation

Il ajoute que retirer les noms de personnes controversées pourra être nécessaire, mais que dans certains cas il sera important de partager une autre perspective sur l’Histoire.

De son côté, le président de la Société historique de Saint-Boniface, Michel Lagacé, salue également une intention tout à fait honorable, mais pense que Brian Bowman est courageux d’ouvrir une discussion qui pourrait mal tourner. Il déplore qu’il y ait encore beaucoup d’ignorance sur l’Histoire du Manitoba parmi les responsables politiques.

L’objectif est celui de la réconciliation et non pas celui du blâme.

Michel Lagacé, président, Société historique de Saint-Boniface

Pour mieux comprendre les enjeux de cette problématique, le maire de Winnipeg, Brian Bowman, dit s'être entretenu avec le maire de la Ville d'Halifax qui a retiré un monument controversé sur son territoire.

Plusieurs espaces publics visés

Parmi les lieux critiqués, on retrouve le boulevard Bishop Grandin, qui traverse Fort Garry, Saint-Vital et Saint-Boniface, du nom d’un prêtre catholique et évêque qui a fait pression sur le gouvernement fédéral pour qu'il finance la construction de pensionnats autochtones.

Durant la réunion du comité exécutif, le conseiller de Saint-Vital, Brian Mayes, s’est dit opposé à retirer complètement les noms de rues et monuments évoquant seulement l’histoire coloniale. Il affirme préférer une approche plus explicative et cite l’exemple de la Ville d’Edmonton qui a agrandi une murale en l’honneur de Monseigneur Grandin avec de l’art autochtone en signe de réconciliation.

Brian Bowman a précisé qu'à titre personnel, il considère certains monuments offensants.

Il a donné l'exemple d'une statue en hommage à un soldat mort en combattant le chef métis Louis Riel, érigée à côté du musée du Manitoba, face à l'hôtel de ville.

Le maire affirme qu'il ne veut pas réécrire l'Histoire, mais plutôt « faire sortir la vérité de l'Histoire ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Histoire