•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeu d’échecs pour commémorer la bataille de Batoche

La prise de Batoche par Grundy. La toile représente des militaires canadiens en grand nombre, vêtus de leurs uniformes rouges, attaquant des Métis dont les corps meurtris reposent au sol. Au loin, des volutes de fumée.

En mai 1885, le gouvernement fédéral a envoyé environ 800 soldats pour combattre les 300 hommes de Louis Riel, des Métis, mais aussi des colons blancs et des Amérindiens des réserves environnantes.

Photo : Bibliothèque et Archives Canada.

Chloé Dioré de Périgny

L’entreprise métisse manitobaine Étchiboy a créé une version du jeu d’échecs basée sur la bataille de Batoche qui pourrait servir d’outil pour parler du conflit qui a opposé les Métis aux Canadiens, à la fin du XIXe siècle.

Amateur d’échecs depuis son enfance, Miguel Vielfaure, le président de l'entreprise Étchiboy, a voulu ajouter une dimension éducative au jeu d'échecs traditionnel afin d'« aider les jeunes à comprendre une partie de leur histoire ».

En mai 1885, les Métis menés par Louis Riel ont affronté l’armée canadienne dans une petite localité saskatchewanaise du nom de Batoche. Le 12 mai, après quatre jours de combat, ils ont été écrasés par les milices.

Louis Riel a finalement été fait prisonnier le 15 mai 1885. Accusé de trahison envers le gouvernement canadien, il a été pendu le 16 novembre, à 41 ans.

« Beaucoup de gens parlent de leurs grands-pères qui se sont battus durant la guerre contre les Allemands ou les Italiens, mais mes ancêtres se sont plutôt battus contre les Canadiens. »

Un jeu d'échecs avec des pions à l'effigie des personnages de la bataille de Batoche.

Le jeu réalisé par Étchiboy sert de ressource pédagogique, notamment en Ontario, où il a été envoyé dans des écoles.

Photo : Site web de l'entreprise Étchiboy

Un plateau fait main, des personnages historiques

Sur la surface de jeu, les personnages clefs de la bataille de Batoche remplacent les pions ordinaires.

Chez les Métis, Louis Riel figure comme roi. À ses côtés, on retrouve Gabriel Dumont et des femmes métisses ainsi qu'un bison faisant office de chevalier. L’église de Batoche remplace la tour.

Ce n’étaient pas des militaires entraînés, mais des gens normaux qui défendaient leurs intérêts, explique Miguel Vielfaure.

Il ne faut pas oublier que ce n’est pas un jeu à 100 %, il représente des vraies personnes, qui ont vécu des choses difficiles, du monde qui ont perdu leur maison, qui ont souffert.

Miguel Vielfaure, propriétaire de la compagnie Étchiboy

Du côté des Canadiens, vêtus d’un manteau rouge, on retrouve notamment le général Middleton, le premier ministre John A. Macdonald et le fusil de Gatling.

C'est essentiellement la mitraillette que la compagnie Gatling a prêtée au gouvernement canadien pour être testée contre les Métis et encourager les ventes, précise Miguel Vielfaure.

Il aura fallu six ans pour créer le jeu, entre la réalisation des personnages en 3D, les moules et la peinture faite main.

Ça a été un gros défi, un projet de passion, soutient Miguel Vielfaure. Je ne m’attends pas à en vendre beaucoup, mais j'espère que ceux qui les reçoivent aiment beaucoup ça.

Avec les informations de l'émission de radio Le 6 à 9

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Jeux interactifs