•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaspé à la recherche d'une solution pour offrir des vols cet été

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un avion d'Air Canada à l'aéroport de Gaspé

Un avion d'Air Canada Express sur le tarmac de l'aéroport de Gaspé

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Gaspé espère conclure une entente prochainement pour éviter les contrecoups économiques causés par la fermeture de son aéroport en pleine saison touristique, durant trois semaines à partir de la mi-juillet 2020.

L'aéroport de Gaspé devra fermer ses portes pour permettre l'asphaltage de la piste d’atterrissage, qui sera allongée de 1000 pieds afin d'accueillir de plus gros transporteurs.

Une carte aérienne montre l'allongement prévu de la piste.

La piste de l'aéroport de Gaspé passera de 4 500 à 5 500 pieds.

Photo : Ville de Gaspé

Si la période choisie pour ces travaux, trois semaines en juillet et août, est loin d'être idéale pour le tourisme, le maire de Gaspé, Daniel Côté, explique qu'il serait impossible de les réaliser plus tôt, au printemps, puisque les travaux préalables ne seront pas achevés.

Il n'y a aucune période parfaite. On n'asphalte pas l'hiver. En septembre, on aurait affronté une autre clientèle. La clientèle d'affaires par exemple, se déplace beaucoup plus en septembre qu'en juillet-août, donc on aurait affronté un autre problème, souligne le maire, Daniel Côté.

Idéalement, c'est dans la période la plus chaude de l'année si on veut avoir la meilleure qualité d'asphalte.

Daniel Côté, maire de Gaspé

Air Canada va ainsi suspendre ses vols le temps des travaux, mais la Ville de Gaspé a confiance d'arriver à conclure une entente avec un transporteur aérien qui accepterait d'offrir des vols à partir de l'aéroport du Rocher-Percé à Grande-Rivière.

La Ville serait d'ailleurs en discussions avec l'entreprise Pascan Aviation à ce sujet.

Si aucune solution n'est trouvée, la Société de gestion des rivières de Gaspé anticipe des pertes d'au moins 30 000 dollars. Elle estime qu'en l'absence de vols se rendant à proximité des rivières, des pêcheurs de saumon de l'extérieur du Québec annuleraient leur réservation.

Là où ça a un impact majeur pour nous, c'est le Pavillon de la rivière Saint-Jean qui est un produit haut de gamme où 90 % de notre clientèle arrive en avion, indique le directeur général de l'organisme, Jean Roy.

Nos compétiteurs, c'est pas uniquement le Québec. On compétitionne avec l'Alaska, la Russie, l'Islande, alors le fait que l'aéroport est à une demi-heure du produit, pour nous, c'est un plus.

Jean Roy, directeur général de la Société de gestion des rivières de Gaspé

La Ville de Gaspé prévoit conclure une entente avec un transporteur d'ici deux semaines.

Avec les informations de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !