•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Medavie enquête sur le présumé manque d'ambulances pour effectuer les transferts

Michel Gravel, directeur d'Ambulance NB en entrevue avec Karine Godin.

Michel Gravel, directeur d'Ambulance NB en entrevue avec Karine Godin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Medavie, qui gère le service Ambulance NB, mène une enquête afin de déterminer pourquoi certains patients et leurs familles se sont plaints d'un manque d’ambulances pour procéder à des transferts entre hôpitaux.

Michel Gravel, directeur d'Ambulance NB, précise toutefois qu'il ne peut pas commenter les deux cas les plus récents rapportés sur les ondes de Radio-Canada, puisqu'ils font l'objet d'une analyse.

Lise Durette Lang, fille d'une patiente et infirmière de profession et Marcel Levesque, maire de la communauté de Saint-André, ont raconté avoir dû organiser eux-mêmes le transfert de leur proche entre deux hôpitaux.

Une ambulance

Au Nouveau-Brunswick, seulement 24 ambulances sont affectées aux transferts entre hôpitaux.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Selon M. Gravel, refuser un transfert, même non urgent, n’est pas autorisé, mais beaucoup de choses entrent en ligne de compte quand un patient fait une demande.

Si une demande ne peut être refusée, elle peut être retardée de quelques heures en fonction des urgences.

Il y a un système de triage qu'on utilise pour déterminer la priorité du patient. Si on attend à la dernière minute, ça devient plus difficile, explique le directeur.

Il ajoute que le transfert d'un patient par un proche n'est pas encouragé, mais qu'il est à la discrétion de la famille.

Un système de triage optimisé

Le directeur ajoute qu'un nouveau logiciel de triage dédié aux transferts non urgents est mis en place en 2020.

Ce système va être capable de déterminer quelle unité va être la plus appropriée pour faire le transfert, indique M. Gravel.

Ce logiciel prendra aussi en compte la disponibilité des ressources, précise-t-il.

Avec les informations de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Soins et traitements