•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Vancouver sous la loupe après avoir menotté une Autochtone de 12 ans

Plan moyen de Maxwell Johnson assis devant des étagères de livres.

Maxwell Johnson et sa petite-fille de 12 ans ont été menottés alors qu'ils tentaient d'ouvrir un compte de banque à Vancouver à la Banque de Montréal le 20 décembre dernier.

Photo : Jess Houstey

Radio-Canada

Le Bureau du commissaire aux plaintes contre la police a ordonné une enquête sur la détention et l'arrestation de Maxwell Johnson et de sa petite-fille de 12 ans. L'incident est survenu, alors que le grand-père, un Autochtone, tentait d'ouvrir un compte pour sa petite-fille dans une succursale de la Banque de Montréal à Vancouver. L'enquête sera menée par le service de police de Delta.

Le Bureau du commissaire dit avoir pris connaissance de l'incident par le biais de reportages dans les médias et de plusieurs plaintes du public.

Il affirme avoir demandé des informations au service de police de Vancouver pour déterminer si les actions des agents qui ont procédé à l'arrestation le 20 décembre constituent une faute.

Le bureau a mentionné dans un communiqué que l'enquête examinera toutes les politiques, procédures ou formations du service de police de la ville de Vancouver ou du Vancouver Police Board qui pourraient expliquer que les policiers ont menotté la jeune fille et son grand-père.

Le chef de la police de Vancouver, Adam Palmer, a déclaré que la procédure policière standard consiste à prendre en charge la situation en fonction des informations disponibles et que celles-ci justifiaient que les deux suspects soient menottés.

Plan moyen d'Adam Palmer répondant aux questions d'un journaliste à l'extérieur d'un immeuble.

Le chef de la police de Vancouver, Adam Palmer, a expliqué que ses policiers avaient agi à la lumière des informations reçues.

Photo : Radio-Canada / CBC/Ken Leedham

La commissaire adjointe aux plaintes contre la police, Andrea Spindler, estime qu'il est important qu'une enquête approfondie et indépendante soit menée.

Elle dit que l'autorité légale de détenir, d'arrêter et d'utiliser des dispositifs de contention comme des menottes feront partie des questions examinées lors de l'enquête.

Avec les informations de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Droits et libertés