•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'escouade mobilité étend ses tentacules à Montréal

Après dix mois d'existence, l'escouade mobilité mise en place par la Ville de Montréal augmentera son territoire et obtiendra de nouveaux pouvoirs.

Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

Radio-Canada

L’escouade mobilité prend de l’ampleur à Montréal. Ses agents patrouilleront dorénavant dans chacun des 19 arrondissements de la métropole, a annoncé la Ville mardi, grâce à un ajout de 500 000 $ à son budget déjà prévu dans le budget de novembre dernier.

Née en août 2018 afin de désengorger les trois arrondissements du centre-ville (Ville-Marie, une partie du Plateau-Mont-Royal et Sud-Ouest), l’escouade avait vu son territoire doublé un an plus tard en s’étendant à trois autres arrondissements (Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Rosemont–La-Petite-Patrie et Mercier–Hochelaga-Maisonneuve).

Elle s’occupera maintenant de l’ensemble des rues de Montréal, ce qui nécessitera l’embauche de cinq agents supplémentaires. L’escouade mobilité ajoutera aussi une personne dont la mission sera d’analyser les données et d’identifier les endroits où surviennent des problèmes récurrents afin de trouver des solutions permanentes, a spécifié Sylvain Ouellet, vice-président du comité exécutif, responsable de l'eau, des infrastructures, du réseau routier et de la Commission des services électriques de Montréal.

Si on voit que des camions de livraison reviennent toujours au même endroit, même après plusieurs contraventions, ça peut vouloir dire qu’il manque carrément de zones de livraison dans cette zone; l’agent de recherche sera en mesure de proposer davantage de solutions pour davantage de problèmes, a-t-il expliqué.

Sylvain Ouellet, mardi

Sylvain Ouellet, mardi

Photo : Radio-Canada

L’escouade mobilité existe d’ailleurs afin d’intervenir rapidement dans les situations qui gênent la fluidité de la circulation, comme un stationnement illégal, un chantier de construction qui ne respecte pas son permis ou une obstruction d’une voie réservée aux autobus.

Ça ne règle pas la congestion récurrente – pour ça, il faut améliorer les offres de transport actif et de transport en commun –, mais ça améliore la congestion incidente et adoucit les heures de pointe qui peuvent être extrêmement pénibles, selon Sylvain Ouellet.

Depuis le mois de mai dernier, les agents de l’escouade mobilité peuvent par ailleurs délivrer des contraventions, ce qui n’était pas le cas au début du projet.

Toutefois, l'objectif n’est pas de donner des contraventions, mais d’assurer la mobilité et de policer les usages, a tenu à préciser M. Ouellet, mardi.

L’escouade mobilité en chiffres

Budget de 1,4 million

16 inspecteurs en arrondissement et 1 agent de recherche

10 504 interventions depuis juin 2018

95 % des situations réglées immédiatement

1999 constats d’infraction émis du 1er juin 2018

Source : Ville de Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique municipale

Politique