•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des locataires dénoncent le mauvais état de leur logement abordable

Gros plan sur l'enseigne de l'association devant l'édifice

Les bureaux de l'association Tawaak sont à Halifax.

Photo : CBC/Shaina Luck

Radio-Canada

Le manque d’entretien de certains logements loués par une association autochtone sans but lucratif en Nouvelle-Écosse est problématique pour les locataires.

L’association Tawaak propose ces logements à prix abordable. Son but est de fournir un logement convenable et peu coûteux aux Autochtones qui ont de la difficulté à en trouver un.

Melissa Prosper et sa famille vivent dans un duplex de cette association, à Dartmouth, depuis huit ans. Mme Prosper affirme que le plafond de la chambre de sa fille s'est affaissé en décembre 2018 et de l'eau s'est infiltrée dans les murs. Elle a dit avoir signalé la fuite quand elle s'est produite, mais que rien n'a été fait pour corriger la situation avant décembre 2019.

Des moisissures se sont développées à plusieurs endroits, ce qui l'amène à croire que l'eau s'est répandue dans toute la maison.

Une feuille de plâtre endommagée se détache du plafond

Le plafond s'est affaissé et de l'eau s'est infiltrée dans l'édifice.

Photo : Gracieuseté/Melissa Prosper

Melissa Prosper a signalé le problème aux autorités municipales qui ont dépêché un inspecteur. Ce dernier a ordonné à l'association Tawaak de réparer les fenêtres et les portes qui fuyaient, les trous dans les murs et le plafond, ainsi qu’une fenêtre dont le cadre contenait de l’eau.

L'inspecteur a également ordonné au propriétaire de remplacer le comptoir, les armoires et les plafonds qui ont été endommagés par la fuite. Ces réparations devaient être terminées pour le 27 décembre.

Le toit a été réparé, mais plusieurs réparations nécessaires à l'intérieur n'ont pas encore été faites, indique Mme Prosper. Elle ne fait plus confiance à l'association Tawaak, mais elle n'a aucun autre endroit où déménager, ajoute-t-elle.

Des taches de moisissure sous le revêtementAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’association Tawaak a remplacé le revêtement d’un comptoir dans le logement de Melissa Prosper en novembre 2019, mais il se détache déjà et de la moisissure se développe en dessous.

Photo : Gracieuseté/Melissa Prosper

Une autre locataire dans la région d’Halifax, Chantal Chassé, dit craindre pour sa sécurité et celle de sa fille. Un intrus qui l’avait suivie dans l’édifice il y a trois ans l’a agressée, explique-t-elle. Elle a aussi constaté le vol de certains de ses biens.

Personne ne veut vivre dans de telles conditions, dit-elle en expliquant qu’elle ne peut trouver mieux à un prix abordable. Elle vit dans la crainte de subir une nouvelle agression. Elle demande à l’association de réparer les fenêtres et de faire les autres travaux nécessaires.

Un financement de 7,3 millions de dollars à venir

L’association Tawaak gère 142 logements en Nouvelle-Écosse grâce à des subventions gouvernementales. Les loyers varient de 300 $ à 1000 $ par mois, environ.

L’aide financière des gouvernements provincial et fédéral est toutefois insuffisante, selon le directeur général de l’association, Brian Dezagiacomo. Les subventions sont gelées depuis 2009 alors que les coûts augmentent, souligne-t-il.

L’association va toutefois recevoir 7,3 millions de dollars du fédéral au cours des trois prochaines années pour rénover les 71 logements les plus détériorés. L'argent sera consacré à des réparations immédiates, mais cela ne répondra pas au modèle de financement à long terme de l'association, selon M. Dezagiacomo.

Le gouvernement provincial est responsable d’administrer cet argent, a précisé la sous-ministre responsable du logement en Nouvelle-Écosse, Nancy MacLellan, la semaine dernière.

L’association Tawaak recevra les 7,3 millions de dollars lorsqu’une entente aura été conclue la province. La première réunion à ce sujet est prévue pour mardi, mais Mme MacLellan estime qu'il faudra des mois pour conclure l’entente.

Avec les renseignements de Shaina Luck, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !