•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un navire romain chargé d'amphores découvert au fond de la mer Ionienne

Image montrant un monticule de forme ovale reposant sur le fond marin.

Image montrant un monticule de forme ovale composé de la cargaison d'amphores du navire et des amphores individuelles reposant sur le fond marin.

Photo : Université de Patras/Ferentinos

Radio-Canada

Les restes de ce qui serait un bateau marchand romain et sa cargaison d'amphores, des vases allongés servant à conserver les aliments, ont été retrouvés au fond de la mer Ionienne environ 2000 ans après son naufrage, ont annoncé des archéologues grecs.

La mer Ionienne est située dans la Méditerranée, au sud de l’Adriatique.

L’épave a été détectée en 2013 à l’aide d’un sonar à haute résolution par des équipes d'archéologues et de plongeurs associés à l'Université de Patras et au club de plongée sous-marine de Kefallinia.

Des amphores sur le fond marin.

Des amphores sur le fond marin.

Photo : Université de Patras/George Ferentinos

Les données géophysiques marines recueillies lors d'une étude d'évaluation du patrimoine naturel et culturel sous-marin le long de la zone côtière de l'île de Kefallinia ont montré, entre autres, la présence d'une épave romaine et de sa cargaison d'amphores sur le fond marin.

Xenophontas Dimas, Université de Patras

Précisément, le navire de 34 mètres de long et de 13 mètres de large baptisé Fiscardo se trouve au fond la mer à l'extrémité nord-est de l'île grecque de Kefallinia, à environ 2 km de l'entrée de la baie de Fiscardo.

Le bâtiment contenait une cargaison de 6000 grosses amphores en très bon état de conservation, qui reposaient soit dans la cale du bateau, soit empilées sur le fond marin.

Ces contenants servaient à l’époque au transport de produits de base tels que le vin et l'huile d'olive.

Gros plan sur les amphores retrouvées sur le fond marin.

Gros plan sur les amphores retrouvées sur le fond marin.

Photo : Université de Patras/George Ferentinos

Selon Xenophontas Dimas, la disposition des amphores autour de l'épave laisse à penser que le navire a coulé très lentement en position verticale et s'est immobilisé sur sa quille, puis a basculé progressivement sur le côté. La structure de la coque est restée pratiquement intacte.

Le navire a fort probablement coulé dans de bonnes conditions météorologiques plutôt que dans des conditions de tempête.

Xenophontas DimasAuteur

Grâce aux types d'amphores retrouvées, les archéologues pensent qu’il s’agit d’un navire qui sillonnait les mers entre le 1er siècle avant J.-C. et le 1er siècle après J.-C.

Cette épave est parmi les plus grandes trouvées jusqu'à présent en Méditerranée pour cette période, et c'est certainement la découverte la plus importante à ce jour en Méditerranée orientale.

La présence de l'épave au large du port de pêche actuel de Fiscardo, où des reliques datant de l'époque romaine, entre 146 avant J.-C. et 330 après J.-C., ont été récemment découvertes, indique que Fiscardo était un port important à cette époque.

Vue aérienne du port de Fiscardo, en Grèce.

Vue aérienne du port de Fiscardo, en Grèce.

Photo : iStock / Eduardo Teixeira

Cette découverte est décrite dans un article publié dans le Journal of Archaeological Science  (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !