•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les effets spéciaux d’une Acadienne en nomination par la critique américaine

Annie Godin sur le tapis rouge.

La productrice d’effets spéciaux, Annie Godin, originaire du Village-Blanchard au Nouveau-Brunswick, au Critics' Choice Award.

Photo : Gracieuseté / Annie Godin

Radio-Canada

La productrice d’effets spéciaux Annie Godin, originaire du Village-Blanchard au Nouveau-Brunswick, était en nomination dimanche pour son travail sur le film The Aeronauts à l’occasion des Critics' Choice Award.

La cérémonie, qui se déroule à Los Angeles, récompense les meilleurs films internationaux réalisés au cours de la dernière année.

Annie Godin était en nomination pour la catégorie « Meilleurs effets visuels ». Elle n’a finalement pas remportée ce prix. Le film The Aeronauts se mesurait à 1917, Ad Astra, Ford v. Ferrari, The Irishman, Le Roi lion et Avengers. C’est cette dernière production qui a remporté les honneurs pour ses effets spéciaux dimanche soir. 

C’est sûr que dimanche durant la cérémonie, c’était magique. Il y avait des vedettes que je n’ai jamais vues en personne, mais seulement à la télévision. Même si on n’a pas remporté de prix, je suis fière de m’être rendue ici avec les autres grands noms en nomination.

Annie Godin, productrice d’effets visuels

The Aeronauts, inspiré d’événements réels survenus en 1862 à Londres, raconte les aventures de James Glaisher, un scientifique, et d'Amelia Wren, une aéronaute qui a perdu son mari dans un accident de montgolfière.

Le couple, à bord d'une montgolfière qui s'élève de plus en plus haut dans le ciel, lutte contre les orages, le vent, les grêlons et la pluie. Ils voyageront à des hauteurs jamais atteintes par un homme ou une femme auparavant.

Pendant un an, je n’ai jamais regardé autant les nuages dans le ciel. C’était notre plus grand défi parce qu’il fallait recréer les nuages et les phénomènes météorologiques, explique Annie Godin.

Un parcours atypique

La productrice d’effets spéciaux a un cheminement professionnel plutôt atypique.

Annie Godin s’est rendue à Montréal pour mener des études universitaires et pour devenir optométriste. Elle a ensuite décroché un emploi à temps partiel dans une boîte de postproduction de cinéma.

La jeune femme a découvert un monde qu'elle ne connaissait pas du tout et qui l'occupe à temps plein aujourd'hui .

Je n’ai pas fait d’études en cinéma ou rien de relié au domaine pour me rendre où je suis. Je ne conseille pas à personne de faire la même chose. La compétition est trop féroce aujourd’hui pour ne pas faire d’études avant de se lancer dans les effets visuels au cinéma.

Annie Godin, productrice d’effets visuels

Elle a également travaillé sur les films La belle et la bête (2014), Mission impossible, Monsieur Lazhar, The Aviator, Brokeback Mountain et plusieurs autres productions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !