•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Régie de la plaque tournante : le commissaire aux conflits d’intérêts mènera une enquête

Des canapés et un escalier dans les bureaux de l'ancien siège social de la Régie de la plaque tournante de transport mondial.

Les bureaux de l'ancien siège social de la Régie de la plaque tournante de transport mondial sont loués à une entreprise de technologie.

Photo : Radio-Canada / Colliers International

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le commissaire aux conflits d’intérêts, Ronald Barclay, mènera une enquête afin de savoir si la ministre provinciale des Services correctionnels et des Services de police, Christine Tell, a joué un rôle dans la décision de louer d’anciens bureaux de la Régie de la plaque tournante de transport mondial (GTH) à l’entreprise sMedia, détenue en partie par son fils.

La parole-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan sur les questions qui touchent la GTH, Cathy Sproule, a demandé lundi au commissaire de se pencher sur le dossier. Avant cette requête de la part des néo-démocrates, la ministre Christine Tell avait demandé au commissaire de mener une enquête afin de s’assurer que tout était en ordre.

Lors d’une entrevue téléphonique, Ronald Barclay a déclaré qu’il avait l’intention de s’entretenir avec des représentants de Colliers International, des responsables de la GTH, des experts en vente immobilière, la ministre Christine Tell ainsi que son fils, Regan Hinchcliffe, dans le cadre de l’enquête.

Je veux mener une enquête importante et tout ce que je recevrai sera transmis à l’opposition, a-t-il indiqué, précisant qu’il cherche à voir si la ministre a fait partie des discussions sur la location des bureaux ou encore si sMedia a eu droit à un rabais particulier sur le loyer.

Le commissaire a également dit qu’il fournira toutes les informations à l’opposition officielle de la province.

C’est vraiment une histoire un peu bizarre, ce qui est arrivé, comment ça c’est arrivé. On ne veut pas avoir de népotisme ici en Saskatchewan, a indiqué le chef néo-démocrate Ryan Meili, au sujet de la situation.

Le 1er octobre, la société sMedia a signé un bail de 10 ans pour la sous-location d’anciens locaux appartenant à la Régie. Les locaux sont gérés, depuis le début du mois d’octobre, par Colliers International, une agence immobilière spécialisée dans les services immobiliers commerciaux.

Le coût du loyer de sMedia est cependant moins élevé que ce que payait la GTH pour occuper l’espace d’environ 930 mètres carrés.

Ronald Barclay a d’ailleurs eu une première discussion avec Christine Tell, qui lui a mentionné qu’elle ne savait rien au sujet de la signature du bail avant qu’il soit signé.

Il n’y a peut-être pas de violation, en principe, mais il faut aussi analyser la perception qu’une personne raisonnable aurait en examinant tous les faits, rappelle-t-il.

Un courriel du bureau du premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, abonde dans le même sens, précisant : La ministre [Christine] Tell a été informée de l’accord après sa signature.

La ministre [Christine] Tell n’a aucun lien professionnel ou financier avec sMedia. En tant que ministre des Services correctionnels et des Services de polices, elle n’a aucun rôle ni aucune implication dans les opérations de GTH, indique le courriel.

Selon le gouvernement, deux autres compagnies ont visité les bureaux de la Régie lorsqu’ils étaient disponibles. L’une d’entre elles a loué une partie de l’immeuble pour une courte période, alors que l’autre n’a finalement pas fait d’offre.

Avec les informations de Geoff Leo

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Politique provinciale