•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bryan Brulotte se retire de la course à la direction du Parti conservateur

Plan rapproché de M. Brulotte, qui sourit.

Bryan Brulotte n'avait pas attendu de connaître les règles de la course avant d'annoncer son intention de se présenter, il y a une dizaine de jours.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

La Presse canadienne

Les nouvelles règles imposées aux candidats à la direction du Parti conservateur du Canada provoquent le retrait de la course de l'homme d'affaires Bryan Brulotte, qui avait annoncé sa candidature tout récemment.

M. Brulotte, qui a agi en tant que bénévole du Parti conservateur pendant de nombreuses années, a annoncé qu'il appuierait l'éventuelle candidature de l'ancien ministre Peter MacKay, qu'il connaît depuis les années 1990.

En fin de semaine dernière, le Parti conservateur a annoncé que, pour que leur candidature soit valide, les aspirants à la direction devaient avoir obtenu l'appui confirmé d'au moins 3000 personnes ayant été membres du parti depuis au moins 21 jours. Mille de ces signatures doivent être obtenues d'ici la fin du mois prochain.

Lorsqu'il a annoncé son intention de briguer la direction du Parti conservateur, Bryan Brulotte s'est notamment fait remarquer par un site web et une publicité dans les journaux criblés de fautes de français et de mauvaises traductions de l'anglais. Il y avait aussi une faute dans le texte où il présentait ses excuses.

Les conservateurs choisiront leur nouveau chef le 27 juin prochain à Toronto.

La députée Marilyn Gladu a confirmé la semaine dernière qu’elle serait candidate. Les noms de quelques autres potentiels aspirants circulent depuis plusieurs semaines, dont ceux de l’ex-premier ministre du Québec Jean Charest, des anciens ministres fédéraux Rona Ambrose et Peter MacKay, des députés Gérard Deltell et Pierre Poilièvre, et de l'homme d’affaires Vincent Guzzo. Les anciens premiers ministres de la Saskatchewan Brad Wall et du Nouveau-Brunswick Bernard Lord et l'ancien ministre et sénateur Michael Fortier ont pour leur part indiqué qu’ils ne seraient pas de la course.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique