•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Jean ordonne à sa force policière de se serrer la ceinture

Une voiture de police

Les commissaires de police de Saint-Jean doivent trouver des moyens de réduire les dépenses de 1,1 million de dollars en 2020.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les commissaires de la Force policière de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, doivent faire des économies de 1,1 million de dollars cette année en effectuant un réaménagement des effectifs.

Les conseillers municipaux ont approuvé, lundi soir, une lettre qui donne cette directive aux commissaires. La lettre en question ne figurait pas sur l’ordre du jour publié sur le site Internet de la Municipalité, vendredi.

Les commissaires ont le mandat de faire des économies avec des gels de salaires, des mesures d’attrition, des indemnités de départ, des mesures encourageant les départs volontaires. Ils doivent aussi réduire certains services policiers et en transférer à des agents civils.

Le budget annuel du service policier municipal est d’environ 26 millions de dollars.

Négociations contractuelles imminentes

La lettre est approuvée alors que les commissaires et l’association des policiers municipaux s’apprêtent à entreprendre de nouvelles négociations contractuelles.

Le maire Don Darling, des gestionnaires municipaux et certains conseillers municipaux ont souligné plusieurs fois que policiers et pompiers syndiqués ont obtenu des augmentations salariales plus élevées que le taux d’inflation.

Le Ville de Saint-Jean comme d’autres au Nouveau-Brunswick demande au gouvernement provincial d’adopter une loi qui imposerait des limites à l’arbitrage obligatoire des différends impliquant des groupes d’employés qui, comme les policiers et les pompiers, n’ont pas le droit de faire la grève.

Les travailleurs assis dans la salle écoutent les conseillers municipaux siégeant devant eux.

Plusieurs syndiqués ont assisté à la réunion du conseil municipal de Saint-Jean, lundi soir.

Photo : CBC/Connell Smith

Les membres de la commission de police ont le pouvoir de décider comment le budget de la Force policière est dépensé, mais c’est le conseil municipal qui détermine ce budget.

Le maire Darling et le conseiller municipal Gary Sullivan font notamment partie de la commission de police.

Saint-Jean prévoit un déficit budgétaire de 10 millions de dollars pour 2021 et 2022. Le conseil municipal a approuvé une motion au début de décembre pour réduire de moitié le déficit prévu en faisant un réaménagement des effectifs municipaux.

La commission a peu d’autres moyens qu’un réaménagement des effectifs parce que plus de 85 % des dépenses de la Force policière sont liées au personnel, explique le maire Darling. La proportion des dépenses liées aux biens et aux services est très faible, souligne-t-il.

Un programme de départ volontaire est déjà offert, mais seulement dans le cas où des postes non syndiqués doivent être abolis. Le maire croit que bien peu d’employés seront admissibles à ce programme.

La croissance du budget municipal est déterminée par celle de l’évaluation foncière des propriétés résidentielles, commerciales et industrielles. Elle s’élève à 1,8 % cette année, mais elle était en moyenne inférieure à 1 % au cours des dernières années, ce qui a nui aux finances municipales.

Pour une réforme de l’impôt foncier

Un représentant syndical des policiers, Mike Davidson, a aussi présenté lundi soir une évaluation des finances. Son rapport appuie la Municipalité qui demande au gouvernement une réforme de l’impôt foncier, particulièrement en ce qui concerne les industries lourdes.

Saint-Jean a perdu des revenus de 298 millions de dollars depuis la baisse de l’impôt foncier accordée en 2013 aux industries lourdes par le gouvernement provincial, estime Mike Davidson.

Le conseil municipal et le public attribuent injustement aux employés syndiqués les problèmes financiers de la Municipalité, selon M. Davidson.

Mike Davidson a rappelé que les syndicats ont aidé la Municipalité lors d’une autre période de difficulté financière, en 2012, en acceptant un régime de pension à risque partagé.

Avec les renseignements de Connell Smith, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !