•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de main-d'œuvre et d'étudiants à Rivière-du-Loup

Un groupe d'élèves qui vont de la menuiserie.

Le ralentissement dans les inscriptions pourrait mettre en péril les cohortes qui devaient démarrer cet hiver dans les programmes en charpenterie-menuiserie et en électricité.

Photo : CFP Pavillon-de-l'Avenir de Rivière-du-Loup

Radio-Canada

Le Centre de formation professionnelle (CFP) Pavillon-de-l'Avenir de Rivière-du-Loup indique manquer de candidatures pour ses programmes charpenterie-menuiserie et électricité, alors que la demande en main-d'œuvre est importante dans les chantiers de construction de la région.

Le Centre de formation professionnelle est en période d'inscription pour la session d'hiver, qui commence le 30 janvier, mais son directeur, Benoît Ouellet, affirme que les candidats ne se bousculent pas aux portes.

Il y a un certain ralentissement dans les inscriptions, ça met un peu en péril les cohortes d'hiver qu'on ne sera peut-être pas en mesure de partir.

Benoît Ouellet, directeur du CFP Pavillon-de-l'Avenir de Rivière-du-Loup

M. Ouellet ajoute qu'il reçoit de nombreux appels d'entrepreneurs qui souhaitent embaucher des apprentis sur leurs chantiers.

Il explique cependant que pour démarrer une cohorte, cela prend normalement une vingtaine d'élèves, alors que seulement une dizaine se sont inscrits jusqu'à maintenant.

Un travailleur de la construction

L'industrie de la construction aurait besoin en moyenne de 20 000 travailleurs de plus par année, jusqu'en 2028, selon l'Association de la construction du Québec (ACQ).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

On sait qu'avec l'effervescence qu'il y a autour du marché du travail, il y a beaucoup d'emplois disponibles.. Les gens ont peut-être un peu moins d'intérêt à venir s'installer dans une formation pour une période d'un an et demi ou deux ans, affirme M. Ouellet.

Cette tendance s'observe à l'échelle provinciale, où les formations pour les métiers de la construction semblent attirer de moins en moins de candidats.

D'après les informations de Caroline Cyr

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Éducation