•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le propriétaire de Traversiers Bourbonnais meurt d'une longue maladie

M. Bourbonnais donne entrevue à la caméra assis dans son bureau.

Le propriétaire des Traversiers Bourbonnais, Maurice Bourbonnais (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’entreprise Traversiers Bourbonnais est en deuil. Son propriétaire, Maurice Bourbonnais, est mort dimanche à l'âge de 83 ans des suites d’une maladie du foie. L’entreprise, basée à Gatineau, opère les traversiers assurant la liaison entre Masson-Angers, au Québec, et Cumberland, en Ontario.

Son ami et partenaire de golf, Norman MacMillan, confirme que l’état de santé de Maurice Bourbonnais périclitait surtout depuis à peu près cinq, six mois. [...] Cet été, on voyait que c’était devenu très difficile pour Maurice .

Il qualifie M. Bourbonnais d’homme d’affaires aguerri, qui a développé un chantier maritime un peu à la [Davie à] Lévis. C’est tout en son honneur, avec ses deux fils.

L’un d’eux, Alain Bourbonnais, a perdu la vie en 2004 dans un accident d’hydravion.

L’activité de Traversiers Bourbonnais, en dépit des intempéries et des saisons, est tout un exploit, souligne M. MacMillan. Je lève mon chapeau à Maurice.

Norman MacMillan rappelle que l’entreprise souhaitait construire un pont privé, qu’elle comptait financer, pour remplacer ses traversiers. Il avait même été embauché comme consultant et porte-parole pour étudier avec les deux paliers gouvernementaux la possibilité de bâtir un pont payant. J’espère que la capitale nationale va étudier la possibilité d’un sixième lien. Ça peut être à Masson-Angers, conclut-il.

Une perte pour la région

Pour le conseiller du district de Masson-Angers, Marc Carrière, le décès de l’homme d’affaires constitue une perte. M. Bourbonnais a laissé sa trace dans la communauté. C’était un homme toujours souriant, très respecté, souligne-t-il.

Au niveau régional, son entreprise n’a pas besoin de présentation. Mais c’était vraiment à l’image de l’homme qu’il était.

Marc Carrière, conseiller du district de Masson-Angers

J’ai parlé avec la famille il y a environ un mois. Il était vieillissant, mais il était toujours là, il avait toute sa tête. C’est triste, ajoute le conseiller municipal.

Il souligne aussi la participation de M. Bourbonnais à plusieurs causes, dont la patinoire des Sénateurs à Masson inaugurée en 2017. Il a aussi fait de la politique municipale. Il a toujours été généreux [...] toujours accueillant, conclut l’élu.

Une entreprise familiale depuis les années 1960

La famille Bourbonnais fait l’acquisition du service de traversier de Montebello en 1947.

En 1960, Eugène Bourbonnais construit un premier traversier en acier pouvant accueillir huit véhicules, une première dans la région.

C’est en 1963 qu’Eugène Bourbonnais et Hector Bourgois achètent le service de traversier Masson-Cumberland.

En 1968, Maurice Bourbonnais – alors policier à la Sûreté du Québec (SQ) – achète les parts de son père Eugène. Un deuxième traversier vient doubler la flotte l’année suivante.

En 1975, Maurice Bourbonnais devient propriétaire unique, en achetant les parts d’Hector Bourgeois.

Les Ateliers Maurice Bourbonnais Ltée sont créés en 1977, spécialisés dans la construction et l’entretien de traversiers. L’année suivante, un troisième traversier est acheté.

L'entreprise possède maintenant six traversiers et deux brise-glaces. Elle emploie une cinquantaine de travailleurs.

Avec les informations de Louka Jacques et d’Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Entrepreneuriat