•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une énergie sans carbone : l'avantage de l'accord avec Hydro-Québec

Énergie NB veut augmenter les tarifs résidentiels de 2,33 % le 1er avril.

Un nouveau partenariat entre Hydro-Québec et Énergie Nouveau-Brunswick vient d’être annoncé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un nouveau partenariat entre Hydro-Québec et Énergie NB vient d’être annoncé, à la suite de la réunion des premiers ministres de l’Atlantique à Terre-Neuve. Pour Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal, cette collaboration va permettre de générer une énergie plus propre à grande échelle.

C'est n'est pas forcément l'augmentation de la demande en énergie, que la nécessité d'avoir davantage d'énergie sans carbone dans les provinces de l'Atlantique, revendique Pierre-Olivier Pineau, enseignant et titulaire de la chaire de gestion énergétique à HEC Montréal.

Si certains ont été surpris par cet accord et craignent même une augmentation des coûts de l’électricité pour les Néo-Brunswickois, le professeur, lui, voit cette entente d’un bon œil.

Selon lui, l'hydroélectricité a beaucoup de bénéfices. Cela permet de créer une énergie propre et disponible à la demande.

Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal

Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal

Photo : Radio-Canada

Ce qu'il y a à gagner, c'est que c'est de l'énergie sans émission de GES et c'est de l'énergie, contrairement à l'éolien ou au solaire, qu'on peut avoir à la demande parce que l'énergie hydroélectrique peut ouvrir et fermer le barrage, quand ça nous arrange, mais on ne peut pas faire tourner les éoliennes quand ça nous arrange.

Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal.

À la question de l’augmentation des prix pour les consommateurs, le professeur reste serein.

Si les tarifs de facturation vont bien être déterminés par le marché, cela n'entraînera pas forcément une augmentation. Selon lui, les tarifs d’Hydro-Québec sont concurrentiels et même plus avantageux que ce qu’aurait pu proposer Terre-Neuve-et-Labrador avec Muskrat Falls.

Un photo du chantier du projet hydroélectrique Muskrat Falls, au Labrador

Le chantier du projet hydroélectrique Muskrat Falls, au Labrador

Photo : Penncor

Ce qu'on a comme garantie pour le Nouveau-Brunswick, c'est un approvisionnement en électricité, sans carbone, à un prix équivalent à ce qui aurait été le prix du marché si Hydro-Québec n'avait pas été là, ajoute-t-il.

Ce nouvel accord est bon signe pour Pierre-Olivier Pineau. Il explique que si historiquement, chaque province créait son énergie dans son coin, une plus grande collaboration pourrait amener des économies financières et énergétiques pour tout le monde.

Il faut qu'il y ait beaucoup plus de collaboration entre les provinces de l'Atlantique et le Québec et la Nouvelle-Angleterre et même New York, parce que le secteur de l'électricité a tout à gagner à collaborer davantage, conclut-il.

Selon les informations recueillies par Karine Godin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Énergies renouvelables