•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Refuge de l'Armée du Salut dans Vanier : salle comble pour le 1er jour d'audience

Des personnes patientent assis sur des chaises dans une salle.

Des dizaines de personnes se sont déplacées pour assister à la première journée d'audiences publiques sur le déménagement de l'Armée du Salut.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Mama Afou
Mis à jour le 

La sécurité, la vitalité économique et même la survie de la francophonie dans le quartier Vanier ont été, lundi, au cœur du premier jour d'audience du Tribunal d'appel de l'aménagement local (TAAL) sur le projet de refuge de l’Armée du Salut au 333, chemin de Montréal.

La salle était comble pour l'occasion. Des dizaines de personnes portant des chandails du regroupement citoyen SOS Vanier étaient présentes pour écouter les déclarations d’ouvertures des avocats des trois parties prenantes, soit la Ville d'Ottawa, l'Armée du Salut et les citoyens de Vanier opposés au projet.

L’avocat de SOS Vanier, Michael Polowin, a tenu à rappeler, d'une part, que les résidents du quartier ne sont pas contre l’Armée du Salut, mais plutôt contre l’endroit choisi pour le nouveau refuge.

Les opposants à cette installation ne sont pas opposés aux utilisateurs, mais il est démontrable que là où le refuge se trouve, la criminalité augmente et c'est l'impact négatif de la présence du refuge qui nous préoccupe, a-t-il souligné.

Me Polowin a également soutenu que le bâtiment choisi pour abriter une centaine de lits d’hébergement d'urgence se trouve dans une zone résidentielle et commerciale, ce qui va à l'encontre des règles de zonage de la Ville d'Ottawa.

Micahel Poliowin en entrevue à la caméra dans un corridor.

Michael Polowin représente le groupe SOS Vanier qui s'oppose au refuge de l'Armée du Salut depuis le début de la saga.

Photo : Radio-Canada

L’avocat représentant la Ville d’Ottawa, Stephen Waqué, a rétorqué que ces développements [de refuges] n’ont pas d’impact sur le prix des maisons dans le quartier et n’ont pas d’impact sur l’activité économique, en citant une étude sur les impacts de tels refuges dans plusieurs villes canadiennes.

Une précédente version de ce texte attribuait les propos de Stephen Waqué à sa collègue Ursula Melinz, qui représente l'Armée du Salut.

Vanier, un secteur particulier

Les opposants francophones s’inquiètent aussi des conséquences que pourrait avoir ce refuge sur la pérennité de la francophonie dans Vanier. Pour Me Polowin, le projet pourrait faire migrer [les francophones] hors de Vanier, les séparant du cœur historique de Vanier.

Selon Francine Poirier du regroupement SOS Vanier, les arguments de l’Armée du Salut ne peuvent s'appliquer aux réalités vaniéroises.

Ils ont basé leur opinion sur des enquêtes qui avaient été faites dans d’autres villes qui n’avaient pas du tout le genre de composition qu’il y a à Vanier. Donc, il me semble qu’on ne pourrait pas considérer ces enquêtes-là comme étant comme une preuve, a-t-elle souligné.

Le président de SOS Vanier et propriété du pub Finnigan's, Drew Dobson, a quant à lui réitéré ses inquiétudes économiques pour le quartier. Si vous regardez derrière votre fenêtre et qu’il y a un refuge, pensez-vous que ça va valoriser le prix de votre propriété? a lancé l'homme d'affaires.

Drew Dobson en entrevue dans un salon de billard.

Drew Dobson réclame plus de diversité économique dans Vanier, l'une des communautés les plus pauvres à Ottawa, selon lui (archives).

Photo : Radio-Canada

Naturellement, nous, on demeure confiants que c’est un endroit tout à fait approprié, s'est défendu le directeur général du centre Ottawa-Booth de l'Armée du Salut, Marc Provost. Il y a une certaine complémentarité qui existe dans le quartier Vanier qui est un atout pour tout le monde.

Le TAAL entendra 14 témoins, dont des spécialistes en urbanisme, en géographie urbaine et en économie au cours de trois prochaines semaines. Le tribunal va cependant rendre sa décision dans plusieurs mois.

Avec les informations de Gilles Taillon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale