•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services avant les baisses d'impôts, disent les syndicats

Plan en plongée des présidents de la FTQ, de la CSN et de la CSD, Daniel Boyer, Jacques Létourneau et Luc Vachon, ainsi que la présidente de la CSQ, Sonia Éthier, dans un lobby d’hôtel.

Les grandes centrales syndicales ont présenté leurs attentes en vue du budget du Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les présidents des quatre centrales syndicales québécoises ont fait part de leurs attentes budgétaires mardi au ministre des Finances, Eric Girard. Ils espèrent convaincre le gouvernement Legault que les surplus budgétaires doivent d'abord servir à améliorer les services publics plutôt qu’à réduire la dette ou le fardeau fiscal.

La CSN, la FTQ, la CSQ et la CSD notent d'emblée la bonne tenue de l'économie québécoise, dont le ministre devrait profiter pour améliorer la qualité de vie de l'ensemble de la population.

Les syndicats déplorent la perte par l'État de plus de 6 milliards de dollars en raison des mesures d'allégement fiscal annoncées ces cinq dernières années.

La difficile prestation des services

Les centrales soulignent qu'il y a d'importantes lacunes sur le terrain dans la prestation des services aux citoyens, que ce soit en santé ou en éducation.

Partout dans le réseau de la santé et des services sociaux, les besoins sont criants pour pratiquement tous les titres d’emplois.

Extrait du mémoire commun de la CSN, FTQ, CSQ et CSD destiné au ministre des Finances

En pleine renégociation des conventions collectives de la fonction publique, les syndicats demandent au gouvernement d'utiliser ses surplus, de même que l'ensemble des transferts fédéraux, pour embaucher du personnel et améliorer les conditions de travail de ses employés.

En faire plus pour l'environnement

Le gouvernement Legault devrait aussi en faire davantage pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il y a urgence d'agir, estiment les syndicats.

L’une des mesures proposées au ministre des Finances est la réduction progressive des allocations gratuites offertes aux gros émetteurs dans le cadre du système québécois de plafonnement et d’échange de droits d’émission.

Les centrales proposent aussi l'instauration d'une taxe de type bonus-malus à l’achat d’un véhicule énergivore pour favoriser des véhicules plus écologiques.

Contre les heures supplémentaires libres d'impôt

Les centrales syndicales s'opposent par ailleurs à la défiscalisation des heures supplémentaires, qui viserait à pallier la pénurie de main-d'œuvre.

Le ministre du Travail, Jean Boulet, a confirmé l'automne dernier qu'il réfléchissait à cette possibilité, alors que le Québec compte toujours plus de 140 000 postes vacants.

Les syndicats craignent les effets pervers de cette exonération d'impôt qui pourrait décourager des entreprises à embaucher du nouveau personnel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !