•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’identité des 2 premières victimes de meurtres de 2020 révélée par la police de Winnipeg

Trois policiers circonscrivent une scène de crime, dans un stationnement extérieur.

La police de Winnipeg était sur les lieux de la scène de crime, devant l'hôtel Windsor, dimanche.

Photo : Radio-Canada / Walter Bernal / CBC

Radio-Canada

La police de Winnipeg a dévoilé, lundi, plus d’informations sur les deux premiers meurtres survenus à Winnipeg cette année. Reagan Danielle Gross, une femme de 49 ans, et Yassin Abu Ahmed, un homme de 20 ans, ont été identifiés comme en étant les victimes. 

Reagan Danielle Gross a été retrouvée dans un état critique dans sa maison de Saint-Vital vendredi soir. Elle a été transportée à l’hôpital où elle a été déclarée morte. 

Kodey Lionel Trudeau, 34 ans, a été arrêté en lien avec le drame. Il est accusé de meurtre au second degré. 

Selon le porte-parole de la police de Winnipeg, Rob Carver, ce dernier a déjà habité dans la maison de la victime. 

La police ne croit toutefois pas que Kodey Lionel Trudeau et Reagan Danielle Gross aient été en couple ni que ce crime relève de la violence domestique. 

Les enquêteurs ont une bonne idée de la nature de cet homicide et des événements qui y ont mené, mais ce n’est pas quelque chose que nous pouvons révéler au public à ce point-ci, a indiqué Rob Carver. 

Le porte-parole de la police n’a pas non plus pu commenter la nature des blessures de la victime.

Il a toutefois confirmé que rien ne porte à croire qu'il y ait eu usage de drogues ou d'une arme dans cette affaire. 

Coups de feu à l’hôtel Windsor : des blessés et un mort 

Samedi matin, des coups de feu tirés dans l’hôtel Windsor, au centre-ville de Winnipeg, ont causé la mort d’un homme et blessé gravement deux autres personnes.

La victime est un homme de 20 ans, appelé Yassin Abu Ahmed. 

L'état des blessés est désormais stable. 

Aucune arrestation n’a pour le moment été effectuée. 

Selon la police, l’incident s’est déclenché à l'intérieur de l'hôtel Windsor, avant de se poursuivre à l'extérieur. 

Un nombre plus important de personnes étaient sur les lieux en plus des trois individus touchés, soutient Rob Carver, sans avoir pu révéler davantage d'information sur le sujet.

L'hôtel Windsor a déjà été la scène de plusieurs incidents liés aux armes à feu et à la drogue durant les deux derniers mois.

Des réactions

Face à ce dernier homicide, Sherri Rollins, la conseillère municipale responsable de la protection et des services, demande une législation plus dure envers les armes de poings. Elle souhaite qu’une interdiction de ce type d’armes à feux voit le jour sur le plan national, qui comprendrait les grandes villes.

Mais pour la police de Winnipeg, ce n'est pas la solution puisque beaucoup d'armes à feux impliquées dans les homicides proviennent déjà du marché noir.

C'est aussi l'analyse de Jean-Claude Bernheim, criminologue à l'université Laval de Québec. Pour lui, la réponse doit être avant tout sociale. 

La réponse sécuritaire, c’est ce que disent les autorités municipales, provinciales et fédérales: augmentons le nombre de policiers, investissons plus dans les ressources de contrôle social, mais ça ne résout pas le problème et on le sait depuis des décennies, nuance-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Crimes et délits