•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre blessés à l’Institut Pinel lors d’une intervention

L'Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel est un hôpital psychiatrique, spécialisé en psychiatrie légale.

L'Institut Philippe-Pinel

Photo : Radio-Canada

Davide Gentile
Daniel Boily

Quatre employés de l’Institut Philippe-Pinel ont été blessés la semaine dernière lors d’une intervention auprès d’un patient « aux lourds antécédents de violence ». L’institut psychiatrique dit « élaborer de nouvelles procédures pour ces patients plus à risques ».

Le mardi 7 janvier, vers midi, les intervenants spécialisés en pacification et sécurité (ISPS) de l’Institut Philippe-Pinel ont dû maîtriser un patient aux lourds antécédents de violence.

Selon les informations recueillies auprès du syndicat des employés de l’Institut (SCFP 2960), quatre d’entre eux ont été blessés : commotion cérébrale, dent cassée et blessure musculaire à une main dans le 1er cas; entorse cervicale dans le 2e cas; possible fracture du coude dans le 3e cas; déchirure musculaire importante à une jambe dans le 4e cas.

Dans un échange de courriel, la présidente du syndicat, Marie-Ève Désormeaux, dénonce la dangerosité excessive du travail à l’Institut.

Les accidents de travail et les blessures graves [...] y sont un fléau.

Extrait du courriel de la présidente du syndicat

Elle précise cependant qu’il a été convenu, lors de rencontres avec la direction ces derniers jours, que la question des équipements d’intervention à la disposition des employés allait être examinée rapidement et sérieusement.

L’établissement va se pencher à court terme sur les meilleures pratiques d’intervention à travers les institutions québécoises comparables, notamment policières et carcérales, écrit-elle. Le SCFP 2960 considère que ce sont là d’importants signaux positifs en vue d’une amélioration de la santé-sécurité du travail à l’Institut.

Potentiel de danger à la hausse

Du côté de l’Institut, le directeur général adjoint, Yann Belzile, indique par courriel que le personnel fait partie de ceux les plus formés en matière de sécurité dans le réseau.

Il précise toutefois que les problématiques de santé mentale se complexifient et nous sommes à élaborer de nouvelles procédures pour ces patients plus à risques.

Il ajoute que dernièrement, nous constatons une hausse du potentiel de dangerosité chez certains de nos patients.

Des incidents surviennent régulièrement dans des établissements de soins en santé mentale.

En juillet 2018, une enquête interne avait été ouverte à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal à la suite d'une attaque concertée dans laquelle quatre intervenants avaient été blessés. L'agression avait nécessité une intervention majeure dans l'unité pour adolescents de l'établissement.

En novembre 2019, un psychiatre de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas a été agressé par un patient. Il s’agissait du deuxième incident grave en moins de six mois, malgré la mise en place d’un plan d’action préparé à la demande de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Santé publique