•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève d'un jour des enseignants catholiques anglais le 21 janvier partout en Ontario

Une femme en conférence de presse.

La présidente de l'Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens (OECTA) annonce une journée de grève.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens prévoit une journée de grève la semaine prochaine si aucune entente n'est conclue d'ici là avec le gouvernement Ford.

Liz Stuart, la présidente du syndicat qui représente 45 000 enseignants des écoles catholiques anglophones de l'Ontario a affirmé que le gouvernement semble ne faire ce qu'il faut que lorsqu'il est sous pression. Les enseignants n'ont d'autre choix que de passer à l'étape suivante du processus de négociation, selon elle. Les membres du syndicat avaient voté à plus de 97 % en faveur d'un mandat de grève.

Ce seront les plus importants moyens de pression employés par les membres de notre association en plus de 20 ans.

Liz Stuart, présidente de l'Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens

En conférence de presse lundi, elle a expliqué que deux jours de négociations étaient prévus la semaine dernière, mais qu'après quelques heures, le conciliateur nommé par le ministère du Travail a estimé que les positions des parties étaient trop éloignées et a suspendu les pourparlers.

Leur approche pendant le processus a été marquée par un manque d’organisation et de respect.

Liz Stuart, présidente de l'Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens

Nous avons bien travaillé avec les conseils scolaires et fait des avancées sur certaines questions importantes. Cependant, malgré ce que le ministre Lecce clame, jusqu’à présent, le gouvernement n’a été qu’un obstacle, a affirmé Liz Stuart, en précisant qu'aucune date n'a été fixée pour d'autres rencontres.

Liz Stuart a ajouté que l'équipe de négociation du gouvernement a indiqué ne pas avoir l'autorité pour conclure une entente qui n'inclurait pas des compressions permanentes importantes.

La réalité, c’est que les enseignants sont la dernière ligne de défense quand il s’agit de mettre un terme aux mesures irresponsables de ce gouvernement en éducation.

Liz Stuart, présidente de l'Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens

Les membres du syndicat ont déjà commencé une grève du zèle ce lundi. Cela signifie qu'ils ne participent pas aux tests standardisés, n'écrivent pas d'appréciations sur les bulletins scolaires et ne participent pas aux initiatives du ministère de l'Éducation.

Réponse du ministre de l'Éducation

Par voie de communiqué, Stephen Lecce affirme que la grève aura un impact négatif sur les élèves. Le ministre de l'Éducation ajoute que, depuis 30 ans, parents et élèves ont connu des grèves, peu importe le parti politique au pouvoir.

Si je suis déçu que les syndicats d'enseignants continuent de se concentrer sur l'escalade [des moyens de pression] qui fait du mal à nos élèves, dit-il, notre gouvernement restera concentré sur l'amélioration de l'éducation publique et le maintien des élèves en classe.

Les moyens de pression des autres syndicats

Les enseignants de l'élémentaire public anglais ont par ailleurs intensifié leur grève du zèle et prévoient des grèves tournantes dès la semaine prochaine. Les enseignants du secondaire public anglais ont quant à eux annoncé une autre journée de grève mercredi.

Le syndicat qui représente les enseignants des écoles élémentaires et secondaires francophones doit déclencher à son tour une grève du zèle jeudi. L'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens devrait donner plus de détails sur les moyens de pression qu'elle envisage mardi matin.

Les enseignants ontariens sont sans contrat de travail depuis le 31 août dernier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !