•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ma vie est suspendue depuis quatre ans », dit l'ex-maire de Gaspé, François Roussy

Il demande à son tour l'arrêt des procédures judiciaires intentées contre lui.

François Roussy, ancien maire de Gaspé, en entrevue dans la salle du conseil municipal de Gaspé.

François Roussy, ancien maire de Gaspé (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Coaccusé avec l'ex-vice-première ministre du Québec, Nathalie Normandeau, et quatre autres personnes, dans le cadre d'une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) portant sur l'octroi de financement politique en échange de contrats publics, l’ancien maire de Gaspé, François Roussy, demande à son tour l'arrêt des procédures judiciaires intentées contre lui.

François Roussy a été arrêté en mars 2016.

Ça fait près de quatre ans que ma vie est suspendue à ce mégaprocès auquel je n’aurais jamais dû être associé. J’ai hâte que la vérité sorte et que la lumière soit faite dans notre dossier pour que les gens comprennent ce qu’on a vécu comme injustice, a commenté, par écrit, François Roussy.

Nathalie Normandeau et son ex-chef de cabinet, Bruno Lortie, de même que l'ancien ministre et organisateur libéral, Marc-Yvan Côté, doivent répondre à diverses accusations à la suite d'une enquête de l'UPAC. Hormis le maire de Gaspé, les autres accusés sont Mario Martel et France Michaud, anciens dirigeants de la société de génie-conseil Roche.

À la fin du mois d’août, le Directeur des poursuites criminelles et pénales a abandonné les accusations de fraude et de complot contre l’ex-maire de Gaspé. Celles d'abus de confiance et de corruption ont été maintenues.

François Roussy, qui a été maire de Gaspé pendant 12 ans, a toujours clamé son innocence.

Ce que je veux maintenant, c’est tourner la page sur quatre années éprouvantes de ma vie pour recommencer librement à travailler au développement de ma communauté.

François Roussy, ex-maire de Gaspé

Nouvelle analyse

L'ancien maire et ses coaccusés avaient aussi demandé l'arrêt des procédures en janvier 2018, en vertu de l'arrêt Jordan, sans succès.

La requête avait alors été rejetée par le juge André Perreault. Ce dernier a toutefois conclu lundi qu'il était approprié de faire le point sur les délais judiciaires, comme le demande la nouvelle requête, déposée par Nathalie Normandeau, la semaine dernière, et à laquelle se sont joints les coaccusés.

La cause sera entendue en mars prochain.

Des délais dénoncés

Dans une lettre ouverte transmise aux médias la semaine dernière, Mme Normandeau a aussi déploré les délais associés à cette cause qu’elle qualifie de cruels et inhumains.

Nathalie Normandeau dans un corridor du palais de justice

Des accusations abandonnées contre Nathalie Normandeau

Photo : Radio-Canada

Arrêtée il y a quatre, l'ancienne ministre libérale évalue que son procès ne pourra probablement pas s'ouvrir avant la fin de 2020.

Cette longue attente la confine, dit-elle, à une situation personnelle et professionnelle intenable. D'autant plus, estime Mme Normandeau, qu’elle dit être victime, entre-temps, d'un procès sur la place publique.

Comme ce fut le cas dans le dossier du maire de Gaspé, le DPCP a revu en août les accusations déposées contre l’ancienne politicienne. Cinq des huit chefs d'accusation qui pesaient contre Nathalie Normandeau sont tombés, notamment fraude, complot et corruption.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Procès et poursuites