•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau demeure aussi « sympathique » pour le vélo qu’il y a 4 ans

Une roue de vélo vue de proche, ensevelie sous la neige.

Le déneigement de certaines pistes cyclables l'hiver fait partie des options pour améliorer le déplacement des cyclistes (archives).

Photo : Radio-Canada / Claudine Pelletier Paquin

Radio-Canada

La Ville de Gatineau conserve sa certification argent du mouvement VÉLOSYMPATIQUE de Vélo Québec, valide jusqu’en 2024. Malgré les investissements pour améliorer l’expérience des cyclistes, la Municipalité obtient la même cote qu’à la dernière évaluation en 2016.

Même si la Ville de Gatineau est celle qui investit le plus par habitant [au Québec] dans son vélo, de toute évidence, il y a des progrès à faire encore pour être capable d’aller chercher cette certification-là, a affirmé lundi en point de presse le conseiller et vice-président de la Commission sur les transports, les déplacements durables et la sécurité, Daniel Champagne.

Il s’est tout de même dit très heureux de la certification argent, malgré la déception de ne pas avoir obtenu l’or – l'objectif de la Ville.

On s’est améliorés grandement depuis la certification en 2016, mais tout est à venir. Les prochains résultats seront sans contredit la certification or, c’est ce qu’on vise.

Daniel Champagne, conseiller du district du Versant

La Municipalité compte poursuivre ses efforts. Elle a d’ailleurs embauché deux coordonnateurs pour appliquer d’ici 2024 son Plan directeur du réseau cyclable.

Dans les quatre prochaines années, la Ville prévoit investir 30,5 millions de dollars, ce qui permettra notamment d’ajouter 150 km de liens cyclables jugés prioritaires.

J’espère que Vélo Québec va prendre le temps de venir voir ce qui se fait en région, ajoute le conseiller Champagne. Il a même invité l’organisme à venir présenter à Gatineau, plutôt qu’à Montréal, son rapport L’état du vélo au Québec en 2020.

Agir en « chien de garde »

De son côté, Action vélo Outaouais – qui travaille avec la Ville dans ce dossier – a hâte de voir ces projets se concrétiser et compte agir un peu comme le chien de garde en talonnant la Municipalité, précise le président Daniel Varin.

En 2020, de la peinture à terre, des bandes cyclables, ça ne suffit plus. Il faut des bollards, il faut surélever des bandes cyclables, les protéger d’une certaine manière.

Daniel Varin, président d’Action vélo Outaouais

M. Varin estime qu’il y a eu des retards accumulés au niveau des infrastructures. Il cite en exemple les pistes cyclables bidirectionnelles dans le quartier des Hautes-Plaines, qui n’ont pas encore été aménagées.

Au-delà de la peinture, on veut [...] maximiser les aménagements protégés pour que les gens de tout âge et de toute habileté puissent les emprunter, souligne-t-il.

M. Varin rappelle également que le système de vélo en libre-service a été annulé l’été dernier des deux côtés de la rivière des Outaouais. C’est quelque chose qui manque et on devrait faire un effort pour que ça revienne, affirme-t-il.

Daniel Varin rapporte par ailleurs quelques bons coups, comme la piste cyclable sur la rue Laurier et la réfection de la rue Jacques-Cartier qui est entretenue l’hiver. Mais il en manque encore beaucoup.

Gatineau VÉLOSYMPATHIQUE c’est :

  • 300 km de liens cyclables, dont 68 km font partie du Sentier de la capitale
  • presque 2,5 km de pistes déneigées l’hiver par la CCN, dont le pont du Portage
  • 5 stations de réparation de bicyclettes installées en 2019
  • un projet pilote de « réseau blanc » pour damer la piste cyclable du Rapibus allant de la station de la Gappe au boulevard Montclair pour permettre aux cyclistes d’y circuler12 mois par année.

Depuis une vingtaine d’années, le mouvement VÉLOSYMPATIQUE de Vélo Québec vise à encourager la pratique de la bicyclette. Une ville doit intervenir dans cinq champs d’action pour obtenir une certification, soit l’aménagement de l’environnement, l’éducation (campagnes de sensibilisation), l’encouragement (événements médiatisés, comme le Mois du vélo), l’encadrement (règlements pour la sécurité des cyclistes) ainsi que l’évaluation et la planification.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !