•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme accusé du meurtre d'un ingénieur d'Airbus à Rosemère

La petite voiture est derrière un ruban de police, une portière ouverte.

L'automobile où le corps a été trouvé était dans le stationnement d'un Maxi du boulevard Labelle.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

Jose Luis Chavez Chino, l'homme arrêté pour l’homicide d'Arturo Morales De Paz, survenu le mois dernier à Rosemère, dans les Laurentides, a été accusé de meurtre au premier degré lundi après-midi au palais de justice de Saint-Jérôme.

L'homme doit revenir en Cour supérieure le 19 février.

Jose Luis Chavez Chino, 42 ans, a été appréhendé dimanche à Blainville par la Sûreté du Québec (SQ).

Le cadavre d'Arturo Morales De Paz, âgé de 33 ans, avait été trouvé le soir du 18 décembre dans sa voiture, stationnée sur le terrain d'un magasin de la chaîne d'alimentation Maxi qui était ouvert au moment des faits, sur le boulevard Labelle à Rosemère. Il avait été poignardé. Son décès avait été constaté au centre hospitalier de Saint-Eustache.

Arturo Morales De Paz, un ingénieur en aéronautique qui était employé d’Airbus, n'avait aucun antécédent judiciaire ni fréquentation connue liée au monde criminel.

L'accusé est d’origine mexicaine, comme l’était la victime. Les deux hommes se connaissaient et, selon nos informations, un triangle amoureux pourrait être à l’origine du drame.

Lors de la comparution de Jose Luis Chavez Chino lundi, sa conjointe était présente.

L'enquête policière avait été commencée par la Régie intermunicipale de police Thérèse-de-Blainville, qui l'avait ensuite transférée à l'unité des crimes contre la personne de la SQ.

Avec des informations de Pascal Robidas et de la Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Procès et poursuites