•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kelly Burke est nommée commissaire aux services en français de l'Ontario

Paul Dubé, ombudsman de l'Ontario, accompagné de Kelly Burke, nouvelle commissaire aux services en français.

Paul Dubé, ombudsman de l'Ontario, accompagné de Kelly Burke, nouvelle commissaire aux services en français

Photo : Bureau de l'ombudsman de l'Ontario

Radio-Canada

Après un long processus de sélection, Kelly Burke a été nommée commissaire aux services en français. L'ombudsman de l'Ontario, Paul Dubé, en a fait l'annonce par communiqué.

Kelly Burke occupait le poste de sous-ministre adjointe au ministère des Affaires francophones du gouvernement ontarien de 2014 à janvier 2019.

Mme Burke est avocate de formation et travaille au sein de la fonction publique depuis près de 20 ans.

Elle a plus récemment occupé les fonctions de sous-ministre adjointe au ministère des Collèges et Universités.

La nouvelle commissaire relève dorénavant du Bureau de l'ombudsman, au titre d'ombudsman adjointe. Elle entre en fonction lundi matin.

Étant passionnément franco-ontarienne, j’ai sollicité ce rôle, car il m’offre une occasion unique de contribuer par mes connaissances et mon expérience à la promotion des droits linguistiques des francophones au sein d’un organisme renommé pour son efficacité.

Kelly Burke, commissaire aux services en français

Le poste d'ombudsman adjoint responsable de l'unité des services en français a été créé après l'abolition du Commissariat aux services en français (CSF) par le gouvernement Ford.

Les responsabilités du commissaire avaient alors été transférées au bureau de l'ombudsman.

Le gouvernement Ford avait aussi annoncé l'abolition des bureaux du commissaire à l'environnement et de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes lors de ce même exercice.

Leurs responsabilités ont été transférées au sein du bureau de la Vérificatrice générale et de l'ombudsman.

Je suis ravi d’avoir trouvé Mme Burke et je sais qu’elle se fera avec succès la championne des droits linguistiques que nous souhaitons tous avoir, comme commissaire.

Paul Dubé, ombudsman de l'Ontario
La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney.

La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, estime que le Commissariat n'a jamais été aboli. Il a été transféré au sein du bureau de l'ombudsman qui lui-même est indépendant. Selon elle, la nomination de Kelly Burke est une excellente nouvelle.

La nouvelle commissaire sera véritablement indépendante du gouvernement et de tous les intervenants, et impartiale dans son travail.

Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones, dans une déclaration écrite

« C'est une occasion favorable pour la mise en oeuvre d'enquêtes approfondies des plaintes publiques concernant les services en français en Ontario », poursuit-elle.

Un poste critiqué

La communauté franco-ontarienne avait vivement dénoncé l'abolition du Commissariat aux services en français, annoncée dans l'énoncé économique du gouvernement Ford de l'automne 2018.

Celui-ci prévoyait l'abolition du Commissariat, en plus d'annuler le financement de l'Université de l'Ontario français.

Après avoir soulevé un tollé au sein de la communauté franco-ontarienne, les progressistes-conservateurs sont en partie revenus en arrière une semaine plus tard en créant un poste de responsable des services en français au sein du Bureau de l'ombudsman, Paul Dubé.

Malgré la mobilisation du milieu franco-ontarien, de multiples entrevues accordées par l'ancien commissaire François Boileau pour dénoncer la situation, ainsi que la publication de son ultime rapport détaillant la façon dont cette décision va redéfinir le mandat actuel du CSF, Doug Ford n'a pas plié.

L'ancien commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau.

L'ancien commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau

Photo : Radio-Canada

Le 30 avril 2019 était la dernière journée de François Boileau à titre de commissaire, et la dernière journée du Commissariat comme entité indépendante relevant de l'Assemblée législative.

François Boileau a d'ailleurs félicité la nouvelle commissaire sur son compte Twitter.

Félicitations à Kelly Burke, une professionnelle intègre et certainement très compétente. Je lui offre tout mon appui, tout en lui souhaitant la meilleure des chances dans ses nouvelles fonctions!, a-t-il écrit.

Réactions politiques partagées

De son côté, la députée Amanda Simard rappelle que cette nomination était attendue depuis longtemps, mais ne change rien à la situation du bureau du commissaire aux services en français.

Une femme parlementaire s'exprime avec d'autres personnes autour d'elle.

La députée indépendante de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard, qui pose une question à la Chambre au sujet de l'indépendance du commissaire aux services en français.

Photo : Radio-Canada

On n'est toujours pas dans une situation où on a un commissaire indépendant et c'est ce qu'on veut, on veut rétablir le bureau tel quel.

Amanda Simard

Mme Simard ajoute qu'elle a hâte de rencontrer Mme Burke et de voir ses premières actions. Mais elle dit aussi qu'elle continuera à demander un bureau du commissaire indépendant et non sous la supervision du Bureau de l'ombudsman.

Le chef libéral intérimaire, John Fraser, a aussi rappelé que son caucus demande au gouvernement de rétablir l'indépendance du bureau du commissaire. Il se dit toutefois heureux que l'ombudsman ait rempli le rôle de commissaire aux services en français au sein de son bureau et souhaite du succès à Kelly Burke dans ses nouvelles fonctions.

Peter Tabuns, député néo-démocrate à Queen's Park. Il a les cheveux blancs, une chemise blanche et un veston noir.

Peter Tabuns, député néo-démocrate

Photo : Radio-Canada

Le député néo-démocrate Peter Tabuns estime pour sa part que les Franco-Ontariens manquent toujours d'un chien de garde. Ce n'est pas une question d'individu, mais c'est une question de pouvoir pour le commissaire, et en ce moment, ce poste manque des pouvoirs nécessaires, pense-t-il.

Pour sa part, le commissaire aux langues officielles du Canada a félicité la nouvelle commissaire pour sa nomination. Je lui souhaite du succès dans son nouveau rôle à titre de gardienne des droits linguistiques des Franco-Ontariens, écrit Raymond Théberge.

Réactions des francophones

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) entend collaborer avec la nouvelle commissaire, comme elle le faisait à l'époque où Kelly Burke était sous-ministre adjointe au ministère des Affaires francophones.

On souhaitait que la personne nommée ait une excellente connaissance de l'Ontario français, des langues officielles en milieu minoritaire au Canada, qu'elle ait une connaissance du droit et de la législation linguistique au Canada, et ça, évidemment, ça inclut la Loi sur les services en français, et Mme Burke a ce bagage-là.

Carol Jolin, président de l'AFO
Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin en entrevue dans une salle de rédaction.

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin

Photo : Radio-Canada

L’AFO souhaite rencontrer prochainement Mme Burke. L'association compte aussi continuer à demander à la province de rendre au poste de commissaire son indépendance.

La directrice générale de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO), Mélina Leroux, a félicité Kelly Burke sur son compte Twitter par ces mots : Au plaisir de travailler avec vous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !