•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une avocate veut simplifier le processus de divorce avec un site web

Une femme en entrevue.

Kathryn Hendrikx est avocate en droit de la famille à Toronto et est à l'origine d'une nouvelle plateforme aidant les gens à remplir leurs formulaires de divorce.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

De plus en plus de personnes se représentent elles-mêmes lors de procès de divorce, pourtant le processus est toujours aussi coûteux et complexe. Une avocate de Toronto a voulu simplifier les choses avec une application en ligne qui sera lancée en février.

Les gens souhaitent avoir plus de contrôle sur un processus qui les affecte directement. Mais la loi et le système juridique ne se sont pas adaptés à cette tendance, selon Kathryn Hendrikx, avocate en droit de la famille à Toronto.

L'avocate est à l'origine du site web Formulaires de divorce en ligne (Online Divorce Forms), où les gens pourront remplir des documents qui devraient autrement être obtenus au tribunal.

Un écran d'ordinateur où un site web est affiché, indiquant « Un divorce est difficile. Son processus n'a pas à l'être aussi. »

Une nouvelle plateforme en ligne sera disponible dès février pour simplifier le processus de divorce pour les personnes qui se représentent elles-mêmes.

Photo : Radio-Canada

L’application en ligne est simple, pose des questions directes, et informe les utilisateurs des formulaires dont ils ont besoin pour demander un divorce.

L'avocate dit s'être inspirée d'applications comme TurboTax, qui aide les gens à remplir leurs formulaires d'impôts rapidement et facilement.

Un processus complexe, coûteux et émotionnellement lourd

Le droit de la famille peut être imprévisible, beaucoup d’aspects peuvent changer, explique l'avocate. Un budget ne peut pas être prédéfini avec certitude. Vous ne pouvez pas savoir à l’avance si votre affaire va coûter 3000 ou 30 000 $.

Un divorce peut non seulement être coûteux, mais aussi complexe. Je pense que beaucoup de personnes sous-estiment la complexité du droit de la famille, estime Richard Teicher, un avocat qui travaille dans une clinique juridique communautaire à Toronto.

En effet, le droit de la famille touche à une quarantaine de lois différentes, selon Kathryn Hendrikx. On parle ici d’épargne et retraite, de titre de propriété, de droit des enfants, de violence domestique. [...] Beaucoup de choses peuvent faire surface [durant le processus].

Une femme en entrevue.

Diana Campbell, en plein processus de divorce et qui a accepté de tester la nouvelle plateforme, aurait souhaité que cet outil existe à l'époque où elle a entamé ses propres démarches.

Photo : Radio-Canada

Diana Campbell, une amie de l’avocate qui est en processus de divorce, a accepté de tester ce nouveau produit récemment.

Lorsque votre mariage est en train de s’effondrer, c’est un moment très difficile émotionnellement. [...] Lorsque vous devez vous asseoir en face de quelqu’un que vous payez cher, mais qui n’est pas un psychologue, et que vous n’êtes pas stable émotionnellement, ça peut être accablant, admet-elle.

Si j’avais pu m’asseoir et prendre le temps de comprendre le processus et voir quelles étaient les prochaines étapes, ça m’aurait non seulement redonné un peu de dignité, mais aussi de la clarté.

Diana Campbell, en processus de divorce

Selon elle, utiliser cette plateforme a non seulement amélioré sa relation avec son avocat, car elle avait une meilleure idée de ce qu'il attendait d’elle, mais ça lui a aussi donné une impression d’accomplissement personnel et de pouvoir prendre les choses en main elle-même.

Un homme en entrevue.

Richard Teicher, un avocat qui travaille dans une clinique juridique communautaire à Toronto, a hâte que l'application voit le jour.

Photo : Radio-Canada

Richard Teicher pense aussi que ce site web pourrait aider ses propres clients. Si on peut réduire les complexités du processus, couper à travers les broussailles, et rendre la vie des gens plus facile, alors pourquoi pas.

Selon le gouvernement fédéral, près des trois quarts des plaideurs en droit de la famille sont des individus qui se représentent eux-mêmes.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Justice