•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feux en Australie : l’actrice Isabelle Adjani renonce à se rendre à un festival à Sydney

La femme porte un chapeau de paille et lève la main.

Isabelle Adjani sur le tapis rouge à Cannes le 20 mai 2019

Photo : AFP/Getty Images / CHRISTOPHE SIMON

Radio-Canada

L’actrice française Isabelle Adjani, qui devait jouer lors de la soirée de clôture du Festival de Sydney avec la troupe de théâtre les Bouffes du Nord, renonce à se rendre en Australie, par « décence et respect » pour les « Australiens à bout de souffle ».

La troupe devait se rendre en Australie le 26 janvier pour y présenter la pièce Opening Night, en clôture du Festival de Sydney, un festival d’arts annuel axé sur la musique, le théâtre et autres arts de la scène.

Toutefois, en raison des incendies qui dévastent le pays depuis plusieurs semaines, Isabelle Adjani et le reste de la troupe ont décidé d’annuler leur présence. Dans une tribune présentée dans le quotidien français Le Monde, l’actrice affirme que ce serait insensible.

Alors pour nous, aujourd’hui, prendre un avion pour l’Australie [...], s’installer dans un hôtel cinq étoiles climatisé, respirer l’air filtré des théâtres, avoir l’assurance de se trouver dans la partie la mieux protégée de la ville [...], serait à nos yeux d’une indécence inqualifiable face à ce que vivent les Australiens à bout de souffle.

Isabelle Adjani

Isabelle Adjani affirme que le directeur du festival, Wesley Enoch, en apprenant cette décision, « [a fustigé sa] petite troupe avec sa déception dans les médias et sur le site du festival ».

Peu importe, l’actrice a maintenu sa décision et a fait un parallèle avec le Festival de Cannes, qui se déroulait en marge des événements de mai 1968, en France, une période de révolte marquée par les grèves et les manifestations. À l’époque, explique-t-elle, des « réalisateurs solidaires des manifestants [avaient demandé] à ce que leurs films soient retirés de la sélection ».

Elle affirme agir par solidarité avec les Australiens et les Australiennes, qui « ont bien d’autres préoccupations que celle de se divertir ».

« Dans notre humble capacité, nous pensons qu’il serait déplacé de prétendre, dans un tel moment, que l’art puisse remonter le moral des gens. Non, l’art ne soigne pas tout », résume-t-elle.

Cyril Teste, metteur en scène de la pièce, partage le même avis que l'actrice, et affirme que « la polémique n’a pas sa place face à la tragédie ».

Avec les informations de Le Monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Théâtre

Arts