•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victimes de lésions cérébrales, les toxicomanes ne sont pas soignés en neurologie

Une seringue, des pilules et de la poudre placés aléatoirement.

Le fentanyl est l'opioïde le plus meurtrier en Alberta.

Photo : Shutterstock / Chirachai Phitayachamrat

Nassima Way

Un médecin de Calgary constate que les victimes de surdoses n'ont pas accès à des traitements neurologiques pour soigner leurs lésions cérébrales.

Le Dr Ronald Lim, qui dirige le centre de désintoxication à Sheldon Chumir, à Calgary, explique que, durant une overdose, le cerveau n’est plus alimenté en oxygène. Si la personne survit, elle souffre de plusieurs troubles cognitifs tels que la perte de mémoire.

Les toxicomanes qui souffrent de lésions cérébrales n’ont pas la capacité mentale de suivre un traitement dans les centres de désintoxication, explique le Dr Lim. Alors, ils continuent de consommer des drogues.

Il faudrait donc soigner leurs lésions cérébrales avant de commencer à soigner leur dépendance. Or les centres de neurologie ne prennent pas en charge les personnes qui consomment des drogues, car elles risquent d’être dangereuses pour les autres patients. Il faut donc qu’elles soient sevrées pour y avoir accès.

Il y a un certain nombre de patients qui se présentent dans nos cliniques avec ces deux types de trouble, et c’est un défi.

Dr Ronald Lim , directeur du centre de désintoxication à Sheldon Chumir

C’est donc un cercle vicieux dans lequel est pris le toxicomane, mais aussi sa famille comme celle de Gorge Rivera , 23 ans, qui a survécu à deux overdoses de fentanyl en 2018.

C’est un survivant, mais il a des lésions cérébrales qui diminuent ses capacités. Il est très impulsif et il a de la difficulté à exprimer ses émotions. Donc, il est souvent en colère, confie sa mère, Karen Rivera.

Nous avons passé les deux dernières années à réapprendre à le connaître.

Karen Rivera

Depuis sa dernière surdose, Gorge Rivera a suivi plusieurs traitements de désintoxication offerts par les services de santé de la province, mais, comme il ne comprenait pas ce qu’on lui disait et qu’il manquait des rendez-vous, ils ont été annulés les uns à la suite des autres.

Le Dr Lim dit qu’il espère trouver une solution pour aider les familles comme celle de Karen Rivera.

Avec des informations de Colleen Underwood

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Soins et traitements