•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancienne usine-laboratoire Chaichem toujours sans repreneur, après 16 ans

L'usine de Chaichem à Amqui

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Retour à la case départ pour l’ancienne usine-laboratoire Chaichem. La Ville d'Amqui, qui a récupéré la bâtisse et le terrain il y a un an et demi, croyait pouvoir s’entendre avec un repreneur, mais il s’est désisté.

Les derniers propriétaires ont quitté les lieux subitement il y a 16 ans, abandonnant tout l’équipement sur place. La Ville a récupéré la propriété, pour un peu moins de 75 000 $, soit la valeur des taxes impayées. Chaichem exploitait entre autres l'if du Canada pour fabriquer un produit pour combattre le cancer.

Avant d’aller plus loin dans ses démarches, le maire, Pierre D’Amours, veut connaître la valeur réelle de son acquisition.

Le bâtiment, le terrain ça va, mais les équipements à l’intérieur, il faut savoir de façon plus précise qu’elle est cette valeur-là, lance-t-il.

Dans cet équipement à fort potentiel, le maire note, entre autres, le système électrique, un laboratoire qui pourrait être remis à neuf et d’immenses cuves en acier.

Deux grandes cuves d'acier.

Les grandes cuves en acier ont un grand potentiel, selon le maire d'Amqui.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Mais il y a aussi des points négatifs, selon le maire, comme la présence de moisissure dans la section administrative du bâtiment.

Le maire D'Amours affirme aussi que de nombreux contenants de produits chimiques sont entreposés dans l'usine.

À notre connaissance, c’est des produits qui servaient pour faire des procédés de transformation donc comme toute entreprise de transformation, il faut voir exactement ce que ça veut dire, explique Pierre D'Amours.

Une vingtaine de barils contenant des produits chimiques entreposés dans une salle sombre.

Il y a de nombreux produits chimiques entreposés dans l'ancienne usine.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Il y a un minimum de précaution à prendre pour les récupérer et les revaloriser ou les traiter, exprime quant à lui le directeur général du Service de recherche et d’expertise en transformation des produits forestiers (SEREX), Patrick Dallain.

M. Dallain, qui accompagne la Ville depuis le début de ses démarches, croit aussi que l’ancienne usine a un potentiel certain, tant du côté du terrain que du bâtiment.

Mais le potentiel le plus grand, c’est le potentiel de l’équipement d’extraction qui est encore là, estime-t-il.

La Ville a engagé des spécialistes pour analyser l’usine dans son ensemble. L’étude, qui pourrait coûter au moins 100 000 $, selon le maire, sera terminée d’ici l’été.

Jusqu’à récemment, la Ville d’Amqui demandait un demi-million de dollars pour l’usine.

Le prix pourrait être revisé, une fois l’étude terminée.

Historique des propriétaires de l'usine

  • 1995-1998 : Florasynth du Canada
  • 1998-2002 : Forbes pharmaceutical
  • 2002-2004 : Chaichem
  • Juin 2017 : Ville d’Amqui

Source : Ville d’Amqui

D'après un reportage de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie forestière