•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les quatre premiers ministres de l’Atlantique rencontrent François Legault

Le premier ministre du Québec, François Legault (gauche) avec son homologue de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball (droite).

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Radio-Canada

Les premiers ministres des provinces de l'Atlantique se rencontrent, lundi, à Saint-Jean de Terre-Neuve.

Invité au Conseil des premiers ministres de l’Atlantique, le premier ministre du Québec, François Legault, est arrivé dimanche à Saint-Jean et s’est entretenu avec son homologue de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball.

M. Legault souhaite discuter des engagements du Québec en matière de transition énergétique avec les premiers ministres de l'est du Canada.

« M. Legault a tout intérêt à se montrer bon prince »

Toujours en désaccord sur la question de Churchill Falls, Terre-Neuve-et-Labrador et le Québec partagent des intérêts communs en matière de projets miniers et hydroélectriques.

Terre-Neuve-et-Labrador cherche à vendre l'électricité qui sera bientôt produite à sa centrale de Muskrat Falls.

Jean-Thomas Bernard dans un studio de télévision.

Jean-Thomas Bernard, professeur au Département de sciences économiques de l'Université d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Une collaboration avec le Québec pourrait être une manière d'ouvrir de nouveaux marchés, croit l'économiste de l'Université d'Ottawa Jean-Thomas Bernard.

La voie par le Québec permettrait à Terre-Neuve de rejoindre le marché de l'Ontario et aussi le marché de New York, alors il y a probablement des ouvertures qui pourraient être négociées de ce côté-là. Je pense que M. Legault a tout intérêt à se montrer bon prince à cet égard, dit-il.

Les premiers ministres de l'Atlantique profiteront de leur rencontre pour discuter, entre autres, d'un enjeu prioritaire, qui touche les quatre provinces : le recrutement et la rétention des professionnels de la santé.

Les premiers ministres du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, de l'Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, et de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les premiers ministres du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, de l'Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, et de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball.

Photo : Radio-Canada

On sait que, dans ce cas-là, l'immigration est une solution partielle, observe Pierre-Marcel Desjardins, économiste à l’Université de Moncton. Il croit qu’une rencontre comme celle du Conseil des premiers ministres de l’Atlantique peut servir de base à certaines campagnes pour attirer des professionnels de la santé dans l’est du pays.

Ça pourrait être aussi au niveau de l'accréditation, parce qu'on sait encore une fois qu’un des défis, c'est de reconnaître les formations, les études d'immigrants, poursuit-il. On pourrait avoir une initiative régionale.

Chrystia Freeland se lève pour saluer de la main. À ses côtés, Marcelo Ebrard et Andrés Manuel López Obrador sont assis et applaudissent.

La vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, entourée du ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard (gauche), et du président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador (droite), le 10 décembre 2019 à Mexico.

Photo : Reuters / Henry Romero

La vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, sera aussi présente.

Nommée ministre des Affaires intergouvernementales après la réélection du gouvernement Trudeau, elle est responsable de toutes les relations avec les provinces et les territoires.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a déclaré qu'il voulait discuter avec Mme Freeland de l'entente canado-américaine sur le bois d'œuvre.

Toutefois, en raison des conditions météorologiques, M.Higgs ne pourra se rendre à Saint-Jean. Il participera à la rencontre par vidéoconférence.

Le premier ministre en a fait l'annonce sur les réseaux sociaux.

Il s'est dit déçu, mais souhaite tout de même faire pression pour que le Nouveau-Brunswick soit exonéré des tarifs imposés par les États-Unis sur les importations de bois d'œuvre résineux canadien.

D’après le reportage de Marie Isabelle Rochon et avec des renseignements de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale