•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada rend hommage aux victimes de l'avion abattu en Iran

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Justin Trudeau serre dans ses bras David Turpin.

Le reportage de Jacaudrey Charbonneau.

Photo : La Presse canadienne / Todd Korol

Radio-Canada

Des cérémonies pour rendre hommage aux victimes canadiennes de l’écrasement de l’avion d'Ukraine International Airlines, en Iran, étaient organisées dimanche dans plusieurs villes du pays, dont Montréal, Toronto et Edmonton.

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a prononcé un discours au Centre sportif communautaire Saville de l'Université de l'Alberta, à Edmonton.

Parmi les 57 victimes canadiennes qui se trouvaient dans l’avion abattu par un missile iranien mercredi, une trentaine résidaient en Alberta.

Vous devez vous sentir insupportablement seuls, mais vous ne l'êtes pas, a déclaré M. Trudeau, ému. C’est une tragédie nationale, le pays entier est en deuil.

Nous n’arrêterons pas tant que justice ne sera pas rendue.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Vous nous donnez la détermination de demander en votre nom que justice soit faite et que des comptes soient rendus, a ajouté le premier ministre canadien.

Les quatre hommes sont assis en rangée et ont l'air attentif.

Pendant la cérémonie, Justin Trudeau a écouté les discours aux côtés du premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, du maire d'Edmonton, Don Iverson, et du doyen de l'Université de l'Alberta, David Turpin.

Photo : La Presse canadienne / Todd Korol

Quelque 2000 personnes étaient réunies dans le Centre sportif pour l'occasion, le remplissant à sa pleine capacité.

Parmi les gens réunis se trouvaient de nombreux proches de victimes.

Ils ne sont plus ici. Ils sont morts et je m'ennuie déjà, a déclaré, en pleurs, l'amie de victimes qui gardait les clés de leur maison pendant leur voyage en Iran.

Un homme en serre un autre, en pleurs.

Des membres de la communauté irano-canadienne d'Edmonton ont éclaté en pleurs pendant la cérémonie.

Photo : La Presse canadienne / Todd Korol

« Une perte pour tout le Canada »

Dans la Ville-Reine, un rassemblement a eu lieu à l’Université de Toronto, où certaines victimes étudiaient.

La vice-première ministre Chrystia Freeland a participé à cette cérémonie. Elle a notamment déclaré que la mort des victimes de cet écrasement d'avion était une perte pour Toronto, une perte pour l'Ontario et une perte pour le Canada.

Chrystia Freeland parle derrière un lutrin.

La vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, a prononcé une allocution lors de la cérémonie qui a eu lieu à Toronto, en l'honneur des victimes de l'écrasement d'avion.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, était également présent et a pour sa part déclaré collaborer avec le gouvernement fédéral pour que les responsables de l’accident soient traduits en justice.

Colère contre le régime à Montréal

Dans la métropole québécoise, des centaines de personnes se sont réunies en après-midi au parc Trenholm dans l’arrondissement de Notre-Dame-de-Grâce. Des slogans contre le régime iranien ont été scandés par la foule sous la neige.

Ce n’est pas une affaire de politiciens, c’est une affaire de peuple qui doit changer de régime, a notamment estimé un manifestant montréalais, présent lors du rassemblement.

En soirée, plusieurs organisations iraniennes ont organisé un rassemblement à l'hôtel Evo, au centre-ville de Montréal, afin que la communauté puisse se recueillir. Colère et incompréhension ont teinté les témoignages entendus au cours de la soirée.

Ailleurs dans la province, des personnes se sont également rassemblées en soirée à Québec, au pavillon Desjardins de l’Université Laval, à l’invitation de l’Association des étudiants iraniens.

Dans les Maritimes, près de 1000 personnes se sont aussi réunies dans un auditorium d'Halifax.

Aujourd'hui est un jour de deuil, pour la perte de nos proches que nous ne reverrons plus jamais, dont nous n'entendrons plus la voix et dont nous ne verrons plus les sourires, a déclaré le président de la Société culturelle iranienne de la Nouvelle-Écosse, Alireza Nafarieh.

Une cérémonie a également été organisée samedi au musée Nunatta Sunakkutaangit d'Iqualuit, au Nunavut.

Avec les informations de Jacaudrey Charbonneau, de La Presse canadienne et de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !