•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de résolution du Nouvel An? Pas de problème, dit un expert

Plan sur le calendrier de janvier 2020.

Le 1er janvier est traditionnellement une date où on entame une nouvelle année armée de nouvelles résolutions.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le mois de janvier est souvent associé à la prise de résolutions, mais les experts sont nombreux à dire que les cibles fixées sont souvent trop ambitieuses, irréalistes et mènent rarement à des changements à long terme.

Maritza van den Heuvel fait partie de ceux qui ne font plus de résolution du Nouvel An.

Maritza van den Heuvel pose pour la caméra.

Maritza van den Heuvel ne fait plus de résolutions depuis longtemps.

Photo : Radio-Canada

Le point de non-retour a été atteint il y a environ 15 ans lorsque la mère de famille s’est promis de recréer son habitude d’adolescente de lire 100 livres par année. En mars, elle n’en avait pas encore lu un seul.

La professeure en psychologie du campus de l’Okanagan de l’Université de la Colombie-Britannique Lesley Lutes indique qu’environ 95% de ceux qui se fixent des résolutions du Nouvel An les auront abandonnées une fois le mois de janvier terminé.

Le changement prend du temps et des efforts, mentionne-t-elle.

Elle se veut toutefois rassurante. Il est possible d’améliorer sa vie, ses habitudes, mais il faut être patient et surtout se fixer de petits objectifs réalistes.

Pour certaines personnes il peut être motivant d’avoir des buts à atteindre, mais pour la plupart des gens les résolutions sont une source de stress et peuvent même avoir un effet négatif sur eux, ajoute Lesley Lutes.

Pour ceux qui voudraient quand même prendre des résolutions du Nouvel An, elle suggère de se fixer des objectifs qui se collent à leur réalité quotidienne.

Par exemple, au lieu de viser 10 000 pas par jour, il serait peut-être préférable de viser 2000 pas de plus par jour et de bâtir sur cette base, dit-elle.

Lesley Lutes affirme qu’il est également important de connaître la différence entre un objectif et un résultat.

Vouloir arrêter de fumer est un résultat. Rencontrer un conseiller, acheter des timbres de nicotine, se fixer un échéancier sont des objectifs précis et réalistes pour arriver au résultat, explique-t-elle.

Le plus important selon Lesley Lutes reste de faire preuve de compassion envers soi-même.

Le changement est difficile, tout ne sera pas toujours parfait alors soyez gentil et compréhensif envers vous-mêmes, conclut-elle.

Avec les informations de Maryse Zeidler

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Modes de vie