•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle manifestation contre le pouvoir en Iran

Une femme participant à une veillée aux chandelles en hommage aux victimes de l’écrasement de l’avion ukrainien parle à un policier près de l'Université Amri Kabir à Téhéran, en Iran.

Les Iraniens sont également sortis samedi pour crier leur colère contre le pouvoir.

Photo : Associated Press / Mona Hoobehfekr

Radio-Canada

Les Iraniens ne sont pas contents et ils le font entendre. Des vidéos diffusées des réseaux sociaux les montrent rassemblés dimanche à Téhéran, en criant leur colère contre le pouvoir après que l’armée eut admis avoir abattu par erreur un avion civil d'Ukraine International Airlines.

Ils mentent! Notre ennemi n'est pas l'Amérique, il est ici!, scandent des manifestants à Téhéran dans ces vidéos.

Le mouvement de contestation aurait également gagné d’autres villes à travers le pays.

Des habitants contactés sur place par Reuters rapportent une forte présence policière à Téhéran ; de son côté, le président américain, Donald Trump en rajoute en s'adressant directement au pouvoir iranien.

Ne tuez pas vos manifestants, a-t-il écrit, au lendemain d'un premier message qui demandait aux autorités de ne pas commettre un autre massacre de manifestants pacifiques.

Donald Trump a également tweetté en farsi, la langue des Iraniens.

Le gouvernement iranien doit permettre aux groupes de défense des droits de la personne de surveiller et de rapporter les faits sur le terrain concernant les protestations continues du peuple iranien, peut-on lire.

Mort au tyran!

Samedi, la police iranienne a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser plusieurs milliers de manifestants qui scandaient Mort au tyran!, à l'intention de l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution.

Excusez-vous et démissionnez, titrait le quotidien Etemad, faisant écho à la colère des Iraniens qui exigent l'éviction des responsables de la catastrophe d'Ukraine International Airlines.

L'ambassadeur britannique à Téhéran a été convoqué dimanche au ministère iranien des Affaires étrangères, au lendemain de sa participation à un rassemblement illégal en hommage aux victimes de l'accident.

L'armée iranienne a fini par avouer samedi avoir tiré par erreur un missile et abattu l’avion ukrainien avec 176 personnes à bord quelques minutes après son décollage de Téhéran mercredi.

L’Iran était engagé dans une série de tirs de missiles sur des positions américaines en Irak, en représailles à la mort du général Qassem Soleimani, tué le 3 janvier à Bagdad par l'armée américaine.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International