•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avion abattu : le missile a explosé près du cockpit, selon les enquêteurs ukrainiens

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une partie du cockpit du Boeing 737-800 d'Ukraine International Airlines  abattu par l’armée iranienne.

Les précisions de Yasmine Khayat

Photo : Reuters

Radio-Canada

L’équipage du poste de pilotage du Boeing 737-800 d'Ukraine International Airlines est mort instantanément lorsqu'un missile a explosé près du cockpit, pénétrant l’appareil avec des éclats d'obus, l'envoyant au sol en feu avec ses 176 personnes à bord, estiment les enquêteurs ukrainiens.

C'est ce qu'à déclaré à CBC, à Kiev, Oleksiy Danilov, chef du Conseil de la sécurité nationale et de la défense de l'Ukraine, qui s’est exprimé sur l’écrasement du vol PS752 près de Téhéran le 8 janvier.

Nous comprenons maintenant que la mort a été instantanée, malheureusement.

Oleksiy Danilov, chef du Conseil de la sécurité nationale et de la défense de l'Ukraine

Les photos publiées par le bureau présidentiel ukrainien montrent des parties du cockpit de l’appareil, noircies et percées de petits trous. Cela a été provoqué par le missile lorsqu'il a explosé, pensent les enquêteurs, qui disent aussi avoir su dès les premières heures qu'un missile avait abattu le vol PS752.

Des trous visibles dans l'épave du Boeing 737-800 d'Ukraine International Airlines abattu par l'armée iranienne

Des trous visibles dans l'épave du Boeing 737-800 d'Ukraine International Airlines sur une photo de l'équipe d'enquête rendue publique à Kiev

Photo : Reuters / Handout .

Ils pensent même savoir quel type de missile a atteint l'avion, sans livrer plus de détails.

Les premiers enquêteurs Canadiens sont arrivés à Téhéran

Les premiers responsables canadiens qui prendront part à l’enquête sur l’écrasement de l’avion sont arrivés à Téhéran samedi. Les trois enquêteurs seront rejoints lundi par six autres membres de leur équipe, qui attendaient l’obtention de leur visa en Turquie. Ceux-ci ont reçu l’autorisation officielle dimanche, ainsi que deux experts du Bureau de la sécurité des transports, qui les accompagneront en Iran.

La dernière personne de l’équipe arrivera à Ankara, la capitale turque, lundi, et devrait recevoir rapidement son visa, pour se rendre en Iran au plus tard mardi, selon le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne.

Déni, aveu et embarras

Après avoir fortement nié toute responsabilité pendant trois jours après la tragédie, laissant croire à un problème technique, Téhéran a fini par admettre samedi que ses forces avaient abattu accidentellement l’avion. L’appareil avait été inspecté deux jours avant d'être abattu et était en excellent état, ont assuré les autorités ukrainiennes.

L'aveu de l'Iran est venu confirmer les soupçons exprimés la veille par le Canada, les États-Unis et la Royaume-Uni, dont les rapports de renseignement indiquaient que l'avion avait été abattu.

Pour les enquêteurs ukrainiens, cela ne faisait aucun doute. À peine quelques heures après leur arrivée sur les lieux, ils ont conclu qu'un missile était probablement responsable de la destruction de l'avion d’Ukraine International Airlines.

Nous sommes devenus plus certains que c'était un missile.

Oleksiy Danilov, chef du Conseil de la sécurité nationale et de la défense de l'Ukraine

Pendant les 24 heures qui ont suivi et jusqu'à ce que l'Iran reconnaisse les faits, l’équipe ukrainienne a dû garder l'information pour elle. Nous ne pouvions pas faire de déclaration tout de suite, car nos experts ont du mal à travailler – c'est un pays difficile, a-t-il dit.

45 enquêteurs ukrainiens sur le terrain à Téhéran

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a déclaré samedi soir que l'équipe qui se trouve en Iran est composée d'enquêteurs chevronnés sur les accidents aériens, de membres du ministère de la Défense et du ministère des Affaires étrangères ainsi que de la compagnie aérienne Ukraine International Airlines.

M. Danilov a précisé que les enquêteurs ont envoyé des photos détaillées de leurs conclusions à une deuxième équipe d'enquête à Kiev. Nous avions des images en temps réel et nous observions tout ce qui se passait là-bas, a-t-il dit.

Définir le type d'erreur

M. Danilov a expliqué que les pièces de l'avion récupérées sur le lieu de l'écrasement ont été transportées dans un hangar situé à proximité.

Des enquêteurs externes ont exprimé des inquiétudes sur le fait qu'en déplaçant les débris aussi rapidement, des indices précieux auraient pu être manqués, mais M. Danilov n’est pas de cet avis.

Malgré la déclaration des autorités iraniennes qui disent avoir abattu l’avion par erreur, M. Danilov veut en avoir le cœur net. Il se demande comment ils ont pu confondre un avion commercial avec une menace.

Cette question est un élément clé de l'enquête, selon Oleksiy Danilov, qui enchaîne avec d’autres interrogations : pourquoi ont-ils pris une telle décision ? Était-ce une erreur technique, une erreur humaine ou autre chose ?

Des représentants des Gardiens de la révolution ont laissé entendre que la décision de tirer le missile a été prise en une fraction de seconde par un seul opérateur.

Depuis, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, exige des réponses et insiste sur la nécessité d’une enquête approfondie à laquelle doivent participer des experts canadiens.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !