•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cessez-le-feu en Libye entre Tripoli et les forces du maréchal Haftar

Les restes d'un char d'assaut calciné en banlieue de Tripoli, en Libye.

Les forces du maréchal Khalifa Haftar ont lancé en avril une offensive pour prendre la capitale Tripoli.

Photo : Reuters / Ismail Zetouni

Reuters

Les forces loyales au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est de la Libye, ont annoncé samedi un cessez-le-feu à partir de dimanche minuit heure locale, sous réserve de son respect par la partie adverse, a déclaré leur porte-parole Ahmed Mismari dans un communiqué.

La riposte, a-t-il prévenu, sera « sévère » en cas de « violation » de cette trêve, qui avait été souhaitée mercredi par la Russie et la Turquie et qui avait été dans un premier temps refusée par les hommes du maréchal Haftar.

La mission de l'ONU en Libye a salué cette trêve et appelé les parties prenantes au conflit à respecter strictement le cessez-le-feu et faire place à des mesures pacifiques visant à répondre à l'ensemble des différends par un dialogue inter-libyen.

Plongée dans le chaos depuis 2011, la Libye est divisée en deux camps rivaux entre le gouvernement d'accord national (GNA), qui siège à Tripoli et qui est reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement parallèle soutenu par le maréchal Khalifa Haftar, dans l'est du pays.

Les deux camps bénéficient du soutien politique et militaire de puissances régionales et internationales, à l'image notamment de la Turquie qui appuie le GNA dirigé par Fayez al-Sarraj et de la Russie qui soutient les forces du maréchal Haftar.

Ces dernières, qui ont lancé une offensive sur la capitale libyenne au printemps dernier, ont annoncé lundi avoir pris le contrôle de la ville de Syrte, à quelque 370 km au sud-est de Tripoli.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !