•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Menace de grève du zèle de l'AEFO, selon le ministre de l'Éducation

Un drapeau du syndicat des enseignants franco-ontariens.

Le conseil d'administration de l’AEFO se rencontre en fin de semaine pour discuter des prochaines étapes à la suite d'un vote de grève tenu en décembre.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Radio-Canada

Le bureau du ministre de l'Éducation affirme avoir reçu un avis de déclenchement de grève du zèle de l'Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO). Le syndicat n'a pas encore confirmé cette information auprès de Radio-Canada.

Dans un communiqué envoyé samedi après-midi, le ministre de l'Éducation Stephen Lecce dénonce la grève du zèle des enseignants franco-ontariens.

Le ministre Lecce demande aux syndicats d'enseignants de cesser leurs moyens de pression, d’arrêter de jouer avec l’avenir des élèves et de centrer leurs efforts sur la conclusion d’une entente qui veille à ce que les élèves restent dans les salles de classe, comme il se doit.

Dans une publication sur Twitter, le président du syndicat a répondu : si Stephen Lecce a à cœur l'avenir des élèves, il reconnaîtra que les décisions de son gouvernement nuisent aux succès de l’apprentissage des jeunes. L’AEFO est prête à négocier, l’est-il?

Vers la même heure que l'annonce du ministre samedi, l'AEFO avait pour sa part publié un avis aux médias sur Twitter en annonçant qu'elle tiendra un point de presse le mardi 14 janvier à propos d'une décision du conseil d'administration. L'association affirme qu'elle n'accordera pas d'entrevues médiatiques d'ici là, et que tous les détails seront donnés à ce moment-là.

Selon une réponse d'une porte-parole de l'AEFO vendredi, des rencontres de négociations sont prévues du 14 au 16 janvier et le conseil d'administration devait se rencontrer cette fin de semaine pour discuter des prochaines étapes.

Les membres de l'AEFO ont voté à 97 % en faveur d'un mandat de grève le 20 décembre dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !