•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ambassadeur britannique en Iran arrêté en marge d'une manifestation à Téhéran

Des gens scandent des slogans, le poing dans les airs, alors que d'autres déposent des bougies par terre.

Des Iraniens se sont rassemblés samedi devant l'université Amir Kabir pour rendre hommage aux victimes du vol PS752, abattu par erreur par le régime.

Photo : La Presse canadienne / Ebrahim Noroozi

Radio-Canada

Alors que plusieurs étudiants manifestaient contre le régime iranien responsable de la destruction d'un avion de ligne, l'ambassadeur britannique à Téhéran a été arrêté puis relâché, un geste vivement dénoncé par Londres.

Le geste a également été critiqué par les États-Unis, qui ont rapidement appelé l'Iran à s'excuser pour l'arrestation de l'ambassadeur Rob Macaire.

Sur Twitter, le président Donald Trump a averti le régime iranien : Il ne peut pas y avoir un autre massacre de manifestants pacifiques, ni une coupure d'internet. Le monde regarde, a-t-il écrit, en référence au mouvement qui avait eu lieu en novembre dernier et qui aurait fait plus de 300 morts, selon Amnistie internationale.

Au courageux peuple iranien qui souffre depuis longtemps : je suis avec vous depuis le début de ma présidence et mon administration continuera de l'être.

Donald Trump sur Twitter

Le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a estimé que l'Iran devait choisir entre sa marche vers un statut de paria ou prendre des mesures pour la désescalade et pour s'engager sur le chemin diplomatique.

Selon l'agence iranienne Tasnim, l'ambassadeur Rob Macaire était accusé d'avoir « incité des étudiants à manifester » devant l'université Amir Kabir. Il aurait été détenu pendant plusieurs heures avant d'être libéré.

Au dire de journalistes de l'AFP sur place, plusieurs centaines d'étudiants se sont rassemblés en début de soirée en réponse à une invitation à honorer les victimes de cette catastrophe qui a fait 176 morts, majoritairement des Iraniens et des Canadiens, dont des binationaux.

La manifestation devant l'université a rapidement été teintée de colère, les étudiants dénonçant « les menteurs » et exigeant des poursuites contre les responsables du drame et ceux qui, selon les manifestants, ont tenté de le couvrir.

Des manifestants scandent des slogans.

De jeunes Iraniens se sont rassemblés par centaines, à Téhéran, pour protester contre le régime, après l'admission de la responsabilité de l'armée dans l'écrasement du vol 752.

Photo : Getty Images / AFP/Atta Kenare

L'Iran a reconnu samedi avoir abattu « par erreur » à l'aide d'un missile le vol PS752 de la compagnie Ukraine International Airlines peu après son décollage de Téhéran. Le gouvernement iranien avait jusque-là fermement rejeté la thèse d'un tir de missile évoquée dès mercredi par le Canada.

Vive contestation

Selon Fars, proche des ultraconservateurs, les étudiants en colère ont déchiré une des nombreuses affiches en l'honneur du général iranien Qassem Soleimani, tué le 3 janvier dans une attaque de drone américaine à Bagdad.

Pour la République islamique d'Iran, ce chef de la Force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution (l'armée idéologique iranienne), fait figure de « martyr » et de héros.

La police « a dispersé » les étudiants lorsqu'ils sont sortis de l'université et ont commencé à bloquer la rue et créer un embouteillage, a indiqué Fars.

Il est extrêmement rare que la télévision d'État mentionne une manifestation « antirégime » et diffuse des images de celle-ci.

Une vidéo sur les réseaux sociaux, dont l'authenticité n'a pas été indépendamment confirmée, montre les policiers iraniens tirant des gaz lacrymogènes sur les manifestants. Un projectile aurait également touché un homme à la jambe.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International