•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le zonage agricole menace la survie de Shigawake, déplore sa mairesse

Paysage hivernal avec vue sur une ferme laitière.

Une ferme laitière de la municipalité de Shigawake.

Photo : Crédit: David Felker

Marie-Jeanne Dubreuil

La petite municipalité de Shigawake, dans la Baie-des-Chaleurs, se dit freinée dans son développement économique par le zonage agricole, qui s’étend sur presque l’ensemble de son territoire côtier.

La mairesse, Colette Dow, a fait de l’enjeu son cheval de bataille et espère briser une partie du zonage d’ici la fin de 2020.

Les terres agricoles de Shigawake ont été protégées lors de l’adoption de la Loi sur la protection du territoire agricole en 1978.

À l’époque,  c’était bien vu, parce que la ville était majoritairement habitée par des agriculteurs. Les gens qui siégeaient au conseil municipal étaient presque tous des agriculteurs. C’est sûr qu’ils voulaient préserver l’agriculture , note Colette Dow.

 Aujourd’hui, Mme Dow ne compte que « deux ou trois » agriculteurs parmi les 273 âmes que compte Shigawake. Le zonage, lui, reste le même.

Même les jeunes familles dont les parents sont à Shigawake ne peuvent pas se faire construire une maison à moins d’hériter de la terre familiale. C’est très pénalisant pour la municipalité.

Colette Dow, mairesse de Shigawake

Mme Dow ajoute que la protection des zones agricoles menace d’augmenter le coût de la vie dans sa municipalité.

On a moins de monde, mais les services coûtent aussi cher que dans les autres municipalités, illustre-t-elle.

Colette Dow indique que deux de ses prédécesseurs, en plus d'elle-même, ont fait plusieurs démarches auprès de la Municipalité régionale de comté, la seule entité capable de faire changer le zonage auprès de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

On a fait plusieurs représentations pour pouvoir dézoner un peu, je ne dis pas tout, mais au moins autour de la route 132, raconte-t-elle.

Sans un changement rapide d’une partie du zonage, la mairesse craint pour la survie à moyen et long terme de Shigawake.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique municipale