•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Iran admet avoir abattu accidentellement l'avion d'Ukraine International Airlines

Un débris du Boeing ukrainien

Photo : via reuters / Social Media

Radio-Canada
Mis à jour le 

Après l'avoir nié pendant trois jours, l'Iran a finalement reconnu avoir abattu de manière « non intentionnelle » l'avion d'Ukraine International Airlines qui s'est écrasé mercredi quelques minutes après son décollage de l’aéroport Imam-Khomeini, à Téhéran. Le commandant de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution iraniens a déclaré samedi endosser la « responsabilité totale » du drame.

La télévision iranienne rapporte que l’appareil a volé à proximité d’une zone militaire sensible et a été abattu à cause d'une erreur humaine.

L’appareil a été touché car il a été pris pour une cible ennemie alors que les menaces étaient au plus haut niveau, selon un communiqué publié par l'agence officielle Irna.

Selon le général de brigade Amirali Hajizadeh, commandant de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution iraniens, l'opérateur de missile a fait feu sans pouvoir obtenir la confirmation d'un ordre de tir en raison d'un brouillage des télécommunications.

Le soldat a pris l'avion pour un missile de croisière et il a eu 10 secondes pour décider, a déclaré Amirali Hajizadeh.

L'opérateur de missile pouvait décider de tirer ou de ne pas tirer mais il a pris la mauvaise décision.

Le général de brigade Amirali Hajizadeh

Le général Hajizadeh a ajouté que le missile qui a été lancé contre l'avion était de courte portée, ce qui explique pourquoi ce dernier a pu continuer à voler.

« Une erreur impardonnable »

Le Boeing 737-800 s'est écrasé avec 176 personnes à son bord, dont 57 Canadiens. Il n'y a eu aucun survivant.

Jusqu’à cette annonce, l’Iran avait nié que le vol PS752 de la compagnie ukrainienne a été frappé par un missile.

Dans un communiqué relayé par la télévision publique, l'armée iranienne précise que les fautifs seront traduits devant un tribunal militaire et présente ses condoléances aux familles des victimes.

Cette tragédie est survenue quelques heures après l'attaque de missiles balistiques de l'Iran contre deux bases militaires en Irak, en représailles à l'assassinat, le 3 janvier, du général responsable des Gardiens de la révolution, Qassem Soleimani, par les États-Unis.

Cet accident est la conséquence d'une erreur humaine et de l'aventurisme des États-Unis, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères après la publication du communiqué de l'armée.

Conclusions préliminaires d'une enquête interne des Forces armées : une erreur humaine dans une période de crise causée par l'aventurisme des États-Unis a mené au désastre.

Mohammad Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères de l'Iran

Nos profonds regrets, excuses et condoléances à notre peuple, aux familles de toutes les victimes et aux autres nations affectées, a-t-il ajouté.

De son côté, le président iranien Hassan Rohani a déclaré que l'abattage de l'avion est une grande tragédie et une erreur impardonnable.

S'exprimant sur Twitter, il a ajouté que l'Iran regrettait profondément d'avoir tiré par erreur contre l'appareil.

Le guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a aussi exprimé ses profondes sympathies aux familles des victimes.

Ukraine International Airlines ne volera plus au-dessus de l’Iran

Le président d'Ukraine International Airlines, Yevhenii Dykhne

Le président d'Ukraine International Airlines Yevhenii Dykhne lors d'une conférence de presse sur l’écrasement de l'avion Boeing 737-800 à l'aéroport international de Boryspil.

Photo : Reuters / Valentyn Ogirenko

Ukraine International Airlines a déclaré que les pilotes de l'avion n'avaient reçu aucun avertissement de l'aéroport de Téhéran concernant une éventuelle menace avant son décollage.

La direction a également rejeté toute hypothèse voulant que l’avion ait dévié de sa trajectoire normale.

Les autorités iraniennes auraient dû fermer l'aéroport, ont insisté les hauts responsables de la compagnie ukrainienne.

Le vice-président de la compagnie aérienne ukrainienne a déclaré samedi que les itinéraires des avions ont été changés et que ses appareils ne survoleront plus l’espace aérien iranien.

Le Canada veut obtenir des réponses

Des débris du Boeing 737-800 de la compagnie aérienne Ukraine International Airlines, vol PS752, qui s'est écrasé après son décollage de l'aéroport iranien Imam Khomeini, dans la banlieue de Téhéran.

L’appareil s'est écrasé avec 176 personnes à son bord.

Photo : Reuters / Social Media

Réagissant aux aveux des autorités iraniennes, le premier ministre Justin Trudeau a réitéré sa volonté qu'une enquête soit menée sur les circonstances de la tragédie.

Il s’agit d’une tragédie nationale et tous les Canadiens sont dans le deuil. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires à travers le monde pour veiller à ce qu’une enquête complète et approfondie soit menée.

Justin Trudeau

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réclamé la punition des coupables et le versement de compensations. Une discussion avec son homologue iranien a eu lieu samedi et le président Rohani a assuré que toutes les personnes impliquées dans la catastrophe aérienne seraient traduites en justice, selon le service de presse du président ukrainien.

Au lendemain du drame, le gouvernement iranien invitait tous les pays dont des ressortissants sont morts dans l'écrasement de l'avion à participer au processus d'enquête .

L'ensemble des pays dont des ressortissants se trouvaient à bord de l'avion peuvent envoyer des représentants et nous incitons Boeing à envoyer un représentant pour prendre part au processus d'enquête de la boîte noire, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Ali Rabiei, dans un communiqué.

Le Canada, l’Ukraine, la Suède, l’Afghanistan et la Grande-Bretagne ont réclamé une enquête transparente qui permettra une meilleure compréhension des événements.

Seule une équipe ukrainienne d’une cinquantaine de personnes a été admise sur le site de l’accident.

Un pas important, selon Merkel et Johnson

La chancelière allemande, Angela Merkel, à Moscou le 11 janvier 2020.

La chancelière allemande Angela Merkel

Photo : Reuters / POOL New

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé que les aveux iraniens étaient un pas important. Elle a tout de même appelé à une enquête exhaustive pour éclaircir ce qui s'est passé.

C'est bien que les responsables soient désormais connus et je crois que tout doit être fait, en commun avec les nations, dont les citoyens [sont morts], pour trouver des solutions, élucider [les choses] de manière exhaustive et discuter des conséquences.

Angela Merkel, chancelière allemande

Le premier ministre britannique Boris Johnson a abondé dans ce sens, insistant sur la nécessité d’une enquête internationale complète, transparente et indépendante. Cet accident tragique ne fait que renforcer l'importance d'une désescalade des tensions dans la région.

Avec les informations de Reuters, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International