•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oman : mort du sultan Qabous après 50 ans de règne

Le sultan Qabous.

Le sultan Qabous a régné pendant 50 ans sur Oman.

Photo : Reuters / Hamad I Mohammed

Agence France-Presse

Le sultan d'Oman Qabous, qui régnait sur le pays depuis près de 50 ans, est mort à l'âge de 79 ans, a annoncé samedi le cabinet royal à l'agence de presse officielle omanaise.

Haitham ben Tarek, ministre du Patrimoine et de la Culture et cousin du défunt sultan, lui succède.

Haitham ben Tarek a prêté serment comme nouveau souverain (...) après une réunion de la famille royale qui a validé le choix (d'un successeur fait par le défunt) sultan, a écrit le gouvernement sur Twitter.

Le commentateur de la télévision publique d'Oman a précisé que la la famille royale avait décidé d'ouvrir la lettre dans laquelle le sultan Qabous a désigné son successeur.

Selon la constitution omanaise, la famille royale pouvait aussi choisir elle-même un successeur dans les trois jours suivant la vacance du trône.

Qabous, qui avait pris le pouvoir à son père lors d'un coup d'État en juillet 1970, souffrait depuis un certain temps d'une maladie qui pourrait, selon des diplomates, être un cancer du côlon.

C'est avec tristesse [...] que le Sultanat d'Oman pleure notre sultan Qabous ben Saïd, qui a été rappelé à Dieu vendredi soir, a indiqué l'agence Oman News Agency, citant un communiqué du cabinet royal.

Le 31 décembre, les médias d'État avaient annoncé que le sultan se trouvait dans un état stable après plusieurs semaines de rumeurs sur sa santé.

Ses multiples hospitalisations en Allemagne avaient déjà suscité des inquiétudes sur sa succession et la stabilité de ce pays du Golfe.

Le sultan, qui n'était pas marié et n'avait pas d'enfant ni de frère, devait, d'après la Constitution, écrire une lettre désignant son successeur au sein de la dynastie royale.

Diplomate actif

Vétéran des chefs d'État arabes en exercice, le sultan Qabous d'Oman a laissé derrière lui un pays modernisé, qui s'est forgé sous son règne de près d'un demi-siècle la réputation d'un médiateur discret.

Oman a su préserver sa place au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG) dominé par l'Arabie saoudite, tout en maintenant de bonnes relations avec Téhéran, rival régional de Ryad, ayant notamment joué un rôle dans l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Le sultanat a un riche passé maritime, ses navires marchands ayant dominé au début du IXe siècle l'océan Indien, du Baloutchistan à Zanzibar.

Aujourd'hui, il partage avec l'Iran le contrôle du détroit stratégique d'Ormuz, par lequel transite près du tiers du pétrole mondial transporté par voie maritime.

Début 2019, Oman a déclaré avoir signé un accord avec les États-Unis permettant aux navires et avions de guerre américains d'utiliser ses bases maritimes et aériennes.

Les pays occidentaux ont recouru à plusieurs reprises à la médiation d'Oman, notamment pour l'accord sur le nucléaire iranien, dont Washington a annoncé son retrait en 2018.

Oman a aussi servi de médiateur entre Téhéran et Washington pour la libération de détenus, notamment celle de trois randonneurs américains détenus en 2009 en Iran, qui les avait accusés d'espionnage.

Ayant à la fois de bonnes relations avec Téhéran et Ryad, pourtant ennemis jurés, Oman est le seul pays du CCG à ne pas avoir participé à la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen contre les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l'Iran.

Plus de cinq ans après le début de ce conflit, Oman demeure un terrain neutre où les belligérants ont tenu des pourparlers de paix.

Plus controversé, le sultanat a été le premier pays du Golfe à recevoir le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en octobre 2018, bien que les deux pays n'aient pas de relations diplomatiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International