•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ouverture sur le monde portée par les mains d’Edwige à La Bordée

Une femme regarde une homme, elle a un air très sérieux. La photo est en noir et blanc.

Marianne Marceau-Gauvin en répétition pour la pièce.

Photo : Nicola-Frank Vachon

Tanya Beaumont

Pas n'importe quelle pièce ouvrira l'année 2020 au théâtre La Bordée. Le metteur en scène Jocelyn Pelletier offre un texte de Wajdi Mouawad centré sur l'importance de mieux comprendre le monde.

Les mains d'Edwige au moment de la naissance est un texte qui propose une sorte de huis clos réaliste qui comporte des bulles poétiques.

L'histoire est celle du don d'Edwige : ses prières font couler, le long de ses mains, de l'eau pure. Ses parents veulent à tout prix faire connaître ce miracle. Elle refuse.

Le metteur en scène Jocelyn Pelletier a été séduit par l’écriture de Wajdi Mouawad. La langue de Wajdi est incroyable. Les monologues sont très beaux, très poétiques.

Edwige, lors de ses longues tirades, aborde le thème de la responsabilité, mais aussi de l'ouverture sur le monde.

Ce qui ressort du texte, c’est que l’amour va sauver le monde.

Jocelyn Pelletier

Le thème de la prière dans la pièce a aussi quelque chose d'universel. Les mains en prière, ça peut appartenir à plein de religions ou de célébrations.

En plus du texte, il y a la mise en scène. Elle n'a pas été de tout repos pour le metteur en scène. Jocelyn Pelletier souligne avoir fait face à plusieurs défis techniques pour montrer certains aspects de l'oeuvre.

Notamment la représentation de l'eau pure sur les mains d'Edwige et la présence d'un épais brouillard entre les personnages. Ils sont dans la même pièce, mais ils ne se voient pas. Il y a quelque chose de mystérieux qui embarque dans l’écriture, explique-t-il.

Un homme avec une chemise bleu pâle et les yeux très bleus en gros plan, regarde fixement la caméra.

Le metteur en scène Jocelyn Pelletier

Photo : Jules Ronfard

Pour cette pièce, le metteur en scène a tenu à garder une sonorité québécoise. On a travaillé avec les comédiens pour pas que ça sonne franchouillard. C’était important de garder ça très concret, mais de garder tous les mots de Wajdi.

Les décors ont été conçus par Jean-François Labbé. Sur un plateau presque nu, une grande structure évolue au fil de l'histoire.

Le rôle d’Edwige a été confié à Marianne Marceau-Gauvin. Elle joue aux côtés d’Annabelle Pelletier-Legros (Esther), de Lorraine Côté (Éloïse), de Normand Bissonnette (Mathias), de Samuel Corbeil (Vaklav) et de Lucien Ratio (Alex).

La pièce Les mains d’Edwige au moment de la naissance est présentée à La Bordée du 14 janvier au 8 février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Arts de la scène