•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rose Fleury, une aînée métisse qui a laissé sa marque en Saskatchewan

Rose Fleury lors d'une entrevue en 2014.

Rose Fleury est morte à l'âge de 92 ans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Rose Fleury, Métisse de la Saskatchewan décédée récemment à l’âge de 92 ans, laissera une marque dans la mémoire collective de Duck Lake.

Rose Fleury est décédée le 6 janvier à l’âge de 92 ans. Les obsèques auront lieu le samedi 11 janvier à 11h à l’église catholique du Saint-Sacrement située à Duck Lake.

Elle était surtout connue pour son partage des connaissances de la culture métisse et de l’histoire et de la généalogie.

L'ACCENT : Rose Fleury, une passionnée de généalogie

Elle était fière de son héritage et de sa communauté, lance Celine Perillat, directrice du musée d’interprétation de Duck Lake, lorsqu’on lui demande ce qu’on doit retenir de l’aînée métisse.

Au musée, si on avait des questions ou des besoins, c’était à Rose qu’on allait parler. Elle était toujours très généreuse.

Céline Perillat, directrice du musée d'interprétation de Duck Lake

Rachelle Deault, députée communautaire de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), abonde dans le même sens. Rose était très impliquée [dans la communauté]. Elle était reconnue et respectée, dit-elle.

Rachelle Deault se rappelle de sa bonne amie comme quelqu'un de drôle, avec un bon sens de l’humour, très avenante et facile à parler.

Elle ne se gênait pas pour dire ce qu’elle avait à dire, mentionne-t-elle. L'aînée avait d'ailleurs douter de l'authenticité de la célèbre cloche de Batoche alors que son retour était célébré dans sa communauté d'origine.

La généalogie, une véritable passion

Pour les deux Fransaskoises, l’héritage de Rose Fleury correspond certainement à sa passion pour la généalogie.

On va toujours se souvenir de Rose, de son caractère spécial et de ses connaissances en généalogie, dit Celine Perillat.

Rachelle Deault le confirme. Rose trouvait des liens familiaux, et une fois qu’elle en trouvait, tu étais comme de la famille. C’est elle qui m’a dit que j’avais des racines métisses et que j’avais de la parenté avec son mari, dit-elle.

Les deux femmes se souviendront de Rose Fleury comme étant l’une des personnes qui a porté la flamme olympique à Duck Lake en 2010, avant la tenue des Jeux olympiques à Vancouver.

On lui a donné la flamme, puis on l’a assise dans une charrette tirée par des chevaux parce qu’elle était âgée, se rappelle la directrice du musée d’interprétation de Duck Lake.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Histoire