•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la recherche du foulard de Chimo

Patsy Côté devant l'ours de Cochrane.

Patsy Côté a tricoté un foulard pour Chimo, l'ours emblématique de Cochrane.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Le foulard de Chimo, la sculpture de cèdre à l'entrée de la ville de Cochrane, manque à l'appel. Patsy Côté venait de faire don d'un foulard tricoté de 16 pieds de long pour l'ours polaire format géant.

Installé le 4 décembre 2019, le foulard est porté disparu depuis le 4 janvier dernier.

L'agente de la Police provinciale de l'Ontario (PPO) Stéphanie Bélec a indiqué à Radio-Canada que deux jeunes hommes auraient tenté de vendre le foulard dans un magasin local. On a commencé une enquête. On a une description des suspects pour le vol : deux hommes dans la vingtaine-trentaine aborigènes.

Rencontré par Radio-Canada, le commerçant en question ne savait pas que le foulard manquait à l'appel. Les deux jeunes hommes disaient qu'il l'avaient eux-mêmes tricoté. L'homme n'a pas voulu conclure le marché puisqu'il n'a pas de clientèle pour ce genre de produit. Les deux hommes se seraient ensuite enfuis en taxi.

C'est important de rapporter les vols, même les plus minimes. Si on est capable de faire un lien entre plusieurs, ça peut mener à une plus grosse enquête.

Une citation de :Stéphanie Bélec, agente de la PPO

Dans cette petite ville de 5000 habitants, plusieurs résidents de Cochrane avancent la thèse que la coupable serait Dame Nature. Natif de Cochrane, Normand Berthiaume pense que le vent aurait emporté le foulard. Plusieurs citoyens comme Normand auraient vu le foulard détaché autour du Nouvel An et croit qu'on le retrouvera dans la neige au printemps.

Une de journal avec une photo de Patsy Côté qui pose avec le foulard qu'elle a tricoté.

Le 26 décembre, le journal local de Cochrane titrait à sa une que Chimo s'équipait d'un nouveau foulard pour l'hiver.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

La créatrice du foulard réfute cette thèse. Impossible que ce soit le vent, le foulard est trop pesant.

Chimo, un symbole reconnu à l'échelle nationale

Chaque canadien qui a entrepris la traversée du Canada en empruntant la route 11 a vu Chimo, après la soucoupe volante de Moonbeam ou le bonhomme de neige de Beardmore.

Tout le monde s'arrête pour prendre des photos avec Chimo, c'est notre icône. Chimo fait sourire les touristes avec son foulard qu'on lui met en hiver. On l'enlève pendant la saison estivale, relate Trudy Owens, responsable de l'entretien de l'ours polaire.

Une femme montre des balles de laine.

Patsy Côté a mis deux mois et demi de travail pour faire son foulard en utilisant presque 4 balles de laine.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

On souhaite maintenant que Chimo retrouve son foulard, après tout le travail que Patsy a mis bénévolement pour le tricoter.

Une citation de :Trudy Owens, responsable de l'entretien de l'ours polaire

Un foulard en hommage à une mère disparue

La mère de Patsy Côté, Olive Schock, fut la première à tricoter un foulard pour Chimo il y a 25 ans. Après son décès, Patsy tenait à lui rendre hommage en imitant sa mère.

Ma femme a tricoté le foulard d'ici en Colombie-Britannique, nous avons fait un voyage en septembre, moi, je chauffais et elle tricotait.

Une citation de :Raymond Côté, époux de Patsy
Le Chimo original en déplacement.

En 2018, le Chimo en fibre de verre était déplacé devant l'Habitat de l'ours polaire pour faire place à une nouvelle sculpture en cèdre.

Photo : Cochrane Board of Trade

Le couple a accepté de retourner voir le foulard de sa mère qui se trouve toujours sur le Chimo original.

Patsy n'avait pas vu le foulard de sa mère depuis des années. À son grand étonnement, il a survécu un quart de siècle à l'hiver. Il est très magané, mais beaucoup plus long que celui que j'ai fait, il fait deux fois le tour du cou de Chimo. Raymond Côté blague en disant qu'il ne s'est jamais fait voler en 25 ans, mais le nôtre a disparu après un mois.

Une statue d'un ours polaire avec un foulard.

Après 25 ans, le foulard d'Olive Shock a survécu aux tempêtes.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

L'avis de recherche est lancé pour retrouver le foulard tricoté par Mme Côté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !