•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les agents immobiliers devront suivre un cours sur le blanchiment d'argent en C.-B.

Quelques tours d'habitation à Vancouver.

Des 7,4 milliards de dollars blanchis en Colombie-Britannique en 2018, 72 % circuleraient dans le secteur immobilier.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les agents immobiliers de la Colombie-Britannique devront obligatoirement réussir un cours sur le blanchiment d'argent afin de pouvoir renouveler leur permis à compter du 1er avril.

Le cours en ligne offert par le Conseil du marché immobilier de la Colombie-Britannique (RECBC) vise à endiguer une partie des milliards de dollars d'argent sale circulant dans l'industrie.

Les agents immobiliers y apprendront à reconnaître les signaux d'alarme et à prendre des mesures pour signaler les transactions suspectes.

Que surveiller?

Les agents immobiliers doivent être à l'affût de l'utilisation de prêteurs non réglementés, d’achats sans hypothèque, ou encore de propriétaires désignés, qui sont des individus auxquels sont conférés des droits de propriété légaux au nom du véritable propriétaire, explique la directrice générale du RECBC, Erin Seeley.

Il s'agit d'un problème provincial que nous devons prendre au sérieux, rappelle Mme Seeley.

Les agents immobiliers occupent des postes-clés et sont bien placés pour décourager le blanchiment d'argent.

Erin Seeley, directrice générale du RECBC

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a annoncé en mai le lancement d’une enquête publique sur le blanchiment d’argent. Cette décision faisait suite à la publication, entre autres, de deux rapports révélant l’ampleur du problème dans la province.

Au total, l'argent sale sur le marché immobilier représentait environ 72 % des 7,4 milliards de dollars qui, selon les experts, ont été blanchis en Colombie-Britannique en 2018.

Signaler une activité suspecte

Les agents immobiliers sont tenus de signaler les transactions suspectes dans les 30 jours au Centre d'analyse et de déclaration des transactions financières du Canada (CANAFE). Les agents doivent également déclarer dans les 15 jours s'ils reçoivent 10 000 $ ou plus en espèces, en une ou plusieurs transactions effectuées en l'espace de 24 heures.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier