•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement du vol PS752 : l'Université d'Ottawa pleure ses disparus

Des photos des victimes déposées sur une table sont entourées de lampions allumés et de bouquets de fleurs

Des gens ont déposés des fleurs et ont allumés des lampions en hommage aux victimes.

Photo : Radio-Canada / Boris Proulx

Radio-Canada

«  Célébrons leur vie, la paix et la réconciliation », a lancé le dirigeant principal de l'internationalisation de l'Université d'Ottawa, Adel El Zaïm, lors de la cérémonie qui avait lieu vendredi en hommage aux victimes de l'écrasement du vol PS752 d'Ukraine International Airlines.

Le Boeing 737 à destination de Kiev s'est écrasé peu de temps après son décollage de Téhéran, en milieu de semaine. Au total, 176 personnes sont mortes, soit 9 membres d'équipage et 167 passagers.

Trois étudiants de l'Université d'Ottawa, Saeed Kashani, Alma Oladi et Mehraban Badiei, font partie des victimes. L'Université Carleton a fait savoir qu'un de ses étudiants, Fareed Arasteh, et un ancien, Mansour Pourjam, sont également morts dans l'écrasement.

Quelque centaines de personnes sont entassées pendant que des photos des victimes sont projetées sur un écran.

Toutes ces personnes étaient présentes pour la cérémonie commémorative en mémoire des victimes.

Photo : Radio-Canada / Boris Proulx

Il s'agit d'une immense perte pour la communauté universitaire, a déclaré M. El Zaïm devant les quelques centaines de personnes regroupées dans l’Agora du Centre universitaire Jock Turcot.

Nous avons perdu un nombre important d’étudiants qui étaient en majorité des étudiants de doctorat, des chercheurs prometteurs pour l’avenir, pas seulement de l’Iran, mais aussi pour le Canada, a-t-il déclaré. Ce sont nos ambassadeurs dans le monde quand ils retournent chez eux.

Les tensions avec l'Iran restent vives

L'écrasement s'est produit peu de temps après que l'Iran eut bombardé deux bases irakiennes utilisées par des militaires étrangers, en réponse à l’assassinat du général Qassem Soleimani par les États-Unis.

Lors de la cérémonie de vendredi, M. El Zaïm a dit souhaiter que les suites de l'écrasement du vol PS752 jettent les bases d'une nouvelle ère de paix avec l'Iran.

Nous espérons quand même que ce sera la fin d’une période de trouble, d’une période de guerre, et le début d’une période de paix [...] qui sera bâti sur la connaissance et sur les sciences.

Adel El Zaïm, dirigeant principal de l'internationalisation de l'Université d'Ottawa

Des proches et des amis des victimes se sont présentés sur scène pour faire l'éloge des défunts, la voix tremblante. Poème traditionnel iranien récité en farsi, condoléances et souvenirs ont été lus devant une foule muette et émotive.

Des dizaines de personnes sont assises sur des bancs pendant que des photos des victimes sont projetées sur un écran.

La foule était complètement muette pendant l'enchaînement des témoignages.

Photo : Radio-Canada / Boris Proulx

Il était possible de suivre la cérémonie via la page Facebook de l’établissement universitaire (Nouvelle fenêtre). Les internautes ont offert, dans les commentaires, leurs condoléances aux familles touchées.

La cérémonie non confessionnelle était organisée en collaboration avec l’Association des étudiantes et des étudiants iraniens et l’association étudiante Nowruz. Des livres de condoléances ont été rendus disponibles.

La doyenne de la Faculté des sciences de la santé, Lucie Thibeault, est venue rendre hommage à Mehraban Badiei, une jeune étudiante de 18 ans. Elle commençait à peine son bac en sciences de la santé, a-t-elle confié en entrevue. Je ne veux pas qu’on l’oublie, elle était jeune.

Elle avait sa vie devant elle, avec une carrière devant elle pour aider les gens.

Lucie Thibeault, doyenne de la Faculté des sciences de la santé

L’Université Carleton rendra également hommage à ses étudiants disparus. L’événement aura lieu le mercredi 15 janvier à 14 h, dans le foyer de l’édifice Tory, peut-on lire dans un courriel acheminé à Radio-Canada.

Une manifestation contre le régime iranien

Par ailleurs, une douzaine d'Iraniens installés au Canada ont manifesté devant le parlement, vendredi, en opposition au régime iranien, qu'ils jugent responsable de l'écrasement. Ces membres de l'Association démocratique de l'Iran, qui soutiennent la cheffe de l'opposition Maryam Rajavi, sont inquiets.

On ne peut pas faire confiance à l'Iran pour une enquête sur cette situation. Nous demandons au Canada, le premier ministre, le ministre des Transports, de faire une enquête internationale sur ce sujet-là pour évaluer les coupables et mettre les coupables devant la justice internationale, a exprimé Shahram Golestaneh, directeur de l'Association.

Trois hommes tiennent des drapeaux, des fleurs et des photos devant le parlement d'Ottawa.

L'Association démocratique d'Iran est un groupe d'opposition au régime iranien, qui prône notamment la séparation de l'église et de l'état, la dénucléarisation et l'abolition de la peine de mort dans ce pays.

Photo : Radio-Canada / Boris Proulx

Jeudi, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé qu'un missile iranien aurait abattu l'avion ukrainien, peut-être par erreur — une thèse que rejette le gouvernement iranien. Téhéran affirme qu'elle dévoilera, samedi, la cause officielle de l'écrasement.

Avec les informations de Boris Proulx et Geneviève Normand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Écrasement d'avion