•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le verdissement de l'Himalaya

Un homme fait avancer des mules sur un passage dans la région indienne de l'Himalaya.

Habituellement désertiques, voire recouvertes par la neige, les hauteurs de l'Himalaya se verdissent peu à peu.

Photo : Associated Press / Ashwini Bhatia

Radio-Canada

Autrefois désertiques, les zones en haute altitude de la région de l'Himalaya, en Asie du Sud-Est, se recouvrent peu à peu de verdure, révèle une nouvelle étude.

Les chercheurs, dont les travaux sont publiés dans Global Change Biology, indiquent ainsi que la végétation s'installe peu à peu à demeure.

L'équipe de scientifiques s'est appuyée sur des données satellites allant de 1993 à 2018 pour mesurer l'étendue du couvert végétal entre la zone subnivale, soit celle entre les espaces où s'étendent les arbres et celle où débute la neige, mentionne la BBC, qui fait état des conclusions de l'étude.

Les plantes subnivales sont principalement des herbes courtes et des broussailles.

La plus forte tendance d'accroissement de la végétation a été recensée entre 5000 et 5500 mètres d'altitude, précise la Dre Karen Anderson, de l'Université d'Exeter (Royaume-Uni), la principale auteure de l'étude.

À des altitudes plus importantes, l'expansion était plus marquée dans des zones plus plates, alors qu'à des altitudes moins importantes, [les plantes] poussaient davantage sur des terrains accidentés.

La Dre Karen Anderson

En s'appuyant sur des données satellites fournies par l'engin LANDSAT, de la NASA, les chercheurs ont divisé les régions entre quatre « zones » allant de 4150 à 6000 mètres d'altitude. L'ensemble géographique observé s'étendait du Myanmar, à l'est, à l'Afghanistan, à l'ouest.

Dans la région de l'Everest, les chercheurs ont constaté que la végétation s'était étendue dans les zones observées.

D'autres chercheurs s'intéressant aux glaciers et aux systèmes hydrologiques dans l'Himalaya ont confirmé cette expansion de la végétation.

L'étude correspond aux attentes dans le contexte d'un climat plus chaud et plus humide, a indiqué le professeur Walter Immerzeel, de la faculté des géosciences de l'Université d'Utrecht (Pays-Bas), qui n'a pas participé à l'étude.

Il existe une zone très fragile, là où l'on trouve les premières neiges. Le retrait de cette limite vers des altitudes plus importantes offre une opportunité de croissance pour la végétation.

Walter Immerzeel, faculté des géosciences de l'Université d'Utrecht

La faute aux changements climatiques?

L'étude publiée dans Global Change Biology ne s'est toutefois pas intéressée aux causes de cette transformation.

Pour certains scientifiques, toutefois, les écosystèmes de l'Himalaya sont particulièrement vulnérables aux transformations induites par les changements climatiques.

Les plantes colonisent effectivement des zones qui étaient autrefois recouvertes par des glaciers à certains endroits, souligne Elizabeth Byers, une spécialiste de la végétation qui a effectué des études dans les régions montagneuses du Népal depuis près de 40 ans.

Pour la Dre Anderson, il faut continuer de se pencher sur l'interaction entre les plantes et les sols de la région.

Qu'est-ce que cela signifie pour les systèmes hydrologiques de la région?, se demande-t-elle.

Est-ce que cela permettra de ralentir la fonte des glaciers et du couvert de glace, ou est-ce que cela viendra accélérer le processus?

Elizabeth Byers, spécialiste de la végétation

Cette région du monde fournit de l'eau potable à 1,4 milliard de personnes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Environnement

Science