•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des scientifiques inquiets au sujet d'un traitement de transplantation fécale d’un naturopathe

Un homme sourit à la caméra.

Le naturopathe Jason Klop pratique en ce moment au Mexique.

Photo : drjasonklop.com

Radio-Canada

Un naturopathe de Vancouver qui facture 15 000 $ US pour que des enfants autistes subissent des transplantations fécales dans une clinique près de Tijuana, au Mexique, pourrait les exposer à un risque d'infection grave avec un traitement non prouvé, selon des médecins et des scientifiques.

Jason Klop affirme dans des vidéos Facebook qu'il a traité des enfants âgés d'à peine 2 ans à travers le monde en utilisant des pilules et des liquides fabriqués à partir des selles de deux adolescents américains. Il dit avoir vu des améliorations spectaculaires des symptômes du trouble du spectre de l'autisme.

Ce traitement n'est approuvé ni au Canada ni aux États-Unis pour soigner l'autisme. Santé Canada dit étudier les activités de Jason Klop, et l'agente de santé provinciale de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, a de sérieuses inquiétudes au sujet du traitement.

Les experts de l'autisme et du système gastro-intestinal décrivent la thérapie comme expérimentale, trop coûteuse et potentiellement dangereuse, peu de recherches existant pour appuyer sa validité.

Le risque potentiel de cette procédure est bien plus grand que tout avantage potentiel, et facturer 15 000 $ US aux personnes sans avoir de données solides ne me semble pas très éthique, estime le Dr Kent Williams, qui est gastroentérologue pédiatrique au Nationwide Children's Hospital de l'Ohio et qui se spécialise dans le traitement des problèmes gastro-intestinaux chez les enfants atteints de troubles du spectre d'autisme.

Le dessin d'un intestin.

Aucune recherche concluante ne démontre que l'autisme peut être traité avec une greffe fécale.

Photo : iStock

Les traitements du microbiote fécal consistent à prélever des bactéries et d'autres microbes dans les excréments d'une personne en bonne santé et à les transférer à un patient par voie anale ou orale, dans le but de restaurer un environnement normal à l'intérieur de l'intestin.

Une seule étude exploratoire a suggéré que la transplantation fécale pourrait aider à améliorer les symptômes du trouble du spectre d'autisme, mais même les chercheurs à l'origine de l'étude affirment que les risques et les avantages potentiels restent à prouver.

Si c'était mon enfant, je ne le ferais pas, affirme Rosa Krajmalnik-Brown, qui est professeur de génie civil et environnemental à l'Arizona State University et qui fait partie de l'équipe qui a mené l'étude en 2019.

L'année dernière, un homme de 73 ans dont le système immunitaire était affaibli est mort après avoir reçu une greffe d'un échantillon de selles contaminé par la bactérie E. coli résistante aux antibiotiques.

Le Collège des naturopathes de la province surveille la situation

Pour le moment, l'utilisation de la transplantation fécale n'est autorisée qu'en dehors des essais cliniques pour le traitement d'une seule affection, une infection à la bactérie C. difficile qui n'a pas répondu à d’autres traitements.

La Dre Bonnie Henry met en garde tous les parents contre cet essai pour traiter l'autisme.

Un porte-parole de Santé Canada dit que le gouvernement fédéral n'a aucun pouvoir sur les traitements offerts dans d'autres pays, mais les responsables se penchent sur les opérations de Jason Klop pour s'assurer qu'il respecte la loi au Canada.

Le Collège des naturopathes de la Colombie-Britannique, en revanche, a compétence sur les naturopathes de la Colombie-Britannique, même lorsqu'ils pratiquent à l'extérieur de la province.

La registraire du Collège des naturopathes de la Colombie-Britannique, Philipa Stanaway, a toutefois indiqué à Radio-Canada qu’elle ne pouvait pas confirmer s’il y avait une enquête en cours sur le cas de Jason Klop.

Nous surveillons la situation et fournirons de plus amples informations dans la mesure du possible, a-t-elle écrit dans un courriel.

Jason Klop n’a pas répondu aux questions de Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Soins et traitements