•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Maritimes : Il y a 20 ans, la Cour suprême autorisait une école française à Summerside

    Une femme parle au téléphone souriante et une autre femme lève les bras en criant de joie.

    Le 13 janvier 2000, la Cour suprême du Canada statue que les parents ont droit à l'école primaire française qu'ils réclament pour leurs enfants.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 13 janvier 2000, des mères crient leur joie à Summerside, à l'Île-du-Prince-Édouard, en apprenant la victoire. Dans une décision unanime, la Cour suprême du Canada statue qu'en vertu de la Charte des droits et libertés, les parents ont droit à l'école primaire française qu'ils réclament pour leurs enfants. Nos journalistes ont couvert cet événement important pour la survie du français sur l’île.

    Mes parents, mes grands-parents ont toujours lutté pour la langue et la culture, alors c’est maintenant à moi de le faire pour mes enfants et pour mes petits-enfants. C’est ce qui m’a maintenue, qui m’a permis d’y arriver.

    Noëlla-Arsenault-Cameron, militante pour les droits des francophones

    Le jugement s'appuie sur l'article 23 de la Charte des droits et libertés du Droit à l’instruction dans la langue de la minorité.

    L’école, disent les communautés francophones minoritaires, c’est notre rempart contre l’assimilation. Sans ce milieu de vie, il devient facile de glisser vers l’anglais.

    Josée Thibault, journaliste

    Le jour de la victoire, la journaliste Josée Thibault présente un reportage au Téléjournal.

    Téléjournal, 13 janvier 2000

    Pour Noëlla-Arsenault Cameron, qui mène la bataille depuis 10 ans, c’est une victoire importante. Même si pour ses propres enfants, il est trop tard, elle garde espoir que ses descendants fréquentent l’école de Summerside.

    Selon le jugement rendu par la Cour suprême, il faut tout mettre en œuvre pour éviter l’érosion de la langue de la minorité, ainsi que le prévoit la Charte des droits et libertés.

    En 1997, la cour provinciale avait statué que le nombre d’élèves francophones était suffisant à Summerside pour justifier leur propre école, mais la cour d’appel avait annulé cette décision au printemps 1998.

    À Summerside, plutôt qu’une nouvelle école, le gouvernement avait préféré transporter les enfants dans une autre école de langue française située à une trentaine de kilomètres. Cela représentait un voyage de plus d’une heure le matin et le soir pour certains élèves.

    La présence francophone à l’Île-du-Prince-Édouard

    1603 : Samuel de Champlain revendique l'île au nom de la France et la nomme «  île Saint-Jean ». 

    1720 : la France décide de coloniser l’île en y envoyant 300 personnes. Des Acadiens fuyant la Nouvelle-Écosse devenue anglaise viennent également grossir le nombre de francophones.

    1752 : l'île compte près de 2800 résidents, tous francophones.

    1758 : l’île Saint-Jean tombe aux mains des Britanniques en même temps que la forteresse de Louisbourg, au Cap Breton, dont elle était une colonie satellite.

    1758 : les 3100 Acadiens de l’île Saint-Jean sont déportés en France. Lors de la déportation, trois bateaux coulent en mer. Quelque 1600 Acadiens meurent de noyade et de maladie durant la traversée de l’Atlantique.

    L'île Saint-Jean devient anglaise en 1763 lors du traité de Paris et est nommée St. John Island. La plupart des Acadiens réfugiés sur l'île trouvent refuge ailleurs, mais certains réussissent à y demeurer, alors que d’autres y retournent dès 1764.

    1799 : le nom de « St. John Island » est changé pour « Prince Edward Island » (Île-du-Prince-Édouard) en l’honneur du père de la Reine Victoria. 

    1812 : la région Évangeline est fondée. Il s'agit de la région acadienne de l’Île-du-Prince-Édouard où l’on trouve le plus grand nombre de francophones. Elle est située dans la partie ouest de l’île, près de la ville de Summerside.

    L’École de la mer ouvre enfin ses portes

    C’est le 4 février 2002 que l’école de Summerside ouvre enfin ses portes aux élèves francophones. Le journaliste Daniel Poirier est présent pour l’ouverture du nouvel établissement scolaire à l’émission l’Atlantique en direct.

    L’Atlantique en direct, 4 février 2002

    C’est une école qui a été acquise de haute lutte par des parents déterminés et convaincus que l’enseignement en français est nécessaire à la pérennité de la langue.

    C’est une école, mais c’est aussi un symbole de la survie du français et de son épanouissement.

    Daniel Poirier, journaliste

    En 2002 à l’ouverture, l’institution n’a toujours pas de nom. Elle sera baptisée plus tard École-sur-mer. Lors de cette première journée, 27 élèves y font leur entrée. Le bâtiment a une capacité de 150 élèves.

    Aujourd’hui, le nombre d’élèves à l’École-sur-mer avoisine les 200 élèves, et la communauté lutte pour son agrandissement.

    Les francophones représentent maintenant 3,8 % de la population de l’Île-du-Prince-Édouard, soit environ 5000 personnes. Cette population est considérée en déclin puisqu’en 1971, 7300 personnes s’identifiaient comme francophones.

    Malgré ces chiffres, l’espoir demeure présent. La Commission scolaire de langue française de l’Île-du-Prince-Édouard (CSLF) comptait 1043 élèves de niveaux primaire et secondaire répartis dans six écoles au 30 septembre 2019. Il s’agit du nombre le plus élevé depuis l’établissement de la CSLF, en 1990. 

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Société