•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Équité salariale: des travailleuses de la santé attendent toujours

La lutte pour l'équité salariale se poursuit

La lutte pour l'équité salariale se poursuit

Photo : iStock

Des milliers de travailleuses du domaine de la santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec dénoncent le fait que leurs plaintes pour le maintien de leur équité salariale n'est toujours pas réglé. Une bataille qui dure depuis 2010.

Ces femmes œuvrant dans des métiers à prédominance féminine considèrent que de nouvelles responsabilités se sont ajoutées à leurs tâches. Or, leur échelle salariale n’a pas été ajustée en conséquence. Dans certains cas, on exige davantage de diplômes pour occuper leur poste..

Parmi ces travailleuses on retrouve des secrétaires médicales, assistantes techniques en pharmacie senior, techniciennes en administration, préposées à l'entretien ménager léger, préposées à la stérilisation .

Près de 60 000 syndiqués du réseau de la santé à travers la province sont concernés. La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) a porté plainte en 2010 et en 2015 dans le cadre de la loi sur le maintien de l'équité salariale.

Le processus de conciliation avec le gouvernement s'est terminé lundi sans donner de résultats.

On a le gouvernement qui a fait la loi, qui a même modifié la loi, qui ne respecte ni l'esprit, ni même, à mon avis la lettre de la loi. Je trouve que c'est un très mauvais exemple et c'est très décevant, indique le président de la FSSS-CSN, Jeff Begley.

La loi sur l’équité salariale prévoit un salaire équivalent pour des tâches équivalentes, dans des quarts de métiers différents. L’objectif est d’éviter qu’un écart se creuse dans la rémunération entre les métiers traditionnels masculins et ceux traditionnellement féminins.

Le gouvernement doit réévaluer tous les cinq ans les tâches et comparer avec d’autres métiers similaires. Or, en 2010 et 2015, Québec a procédé seul à cette évaluation. Les syndicats de la fonction publique estiment que beaucoup a changé depuis.

Une femme aux cheveux bruns avec des lunettes parle au micro.

La vice-présidente Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Marie-Line Séguin déplore que la question de l'équité salariale ne soit toujours pas réglée.

Photo : Radio-Canada

Nous, notre employeur, c'est le gouvernement. Donc à tous les cinq ans, il devrait faire le maintien de l'équité salariale. Évaluer : qu'est-ce qui a changé dans les métiers au courant des cinq dernières années et réévaluer au niveau salarial, où on devrait se maintenir, explique la vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Marie-Line Séguin. Elle représente 6000 travailleurs du secteur de la santé concernés en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Le cas des assistantes techniques en pharmacie senior

Marie-Lou Morency est assistante technique en pharmacie senior à l’hôpital du Centre-de-la-Mauricie. Sa tâche a beaucoup évolué dans les dernières années. La robotisation explique en partie cette transformation.

Marie-Lou Morency a vu ses tâches changer dans les dernières années.

Marie-Lou Morency a vu ses tâches changer dans les dernières années.

Photo : Radio-Canada

Certaines de ses collègues effectuent maintenant des suivis de la prise de médicaments avec des patients ce qu'elles ne faisaient pas auparavant.

Elles vérifient entre autre le travail de leurs consœurs. Les pharmaciens devaient auparavant systématiquement contre-vérifier les préparations.

En stérile, quand je suis rentrée, il y a six ans, il y a certaines préparations que c'est les pharmaciens qui devaient venir vérifier. Aujourd'hui, c'est tout nous qui fait ça. Moi, si je suis dans la hotte, il y a quelqu'un en dehors qui va vérifier mes préparations, détaille Mme Morency.

La réponse du Conseil du Trésor

Le ministère du Conseil exécutif et le secrétariat du Conseil du Trésor indiquent que les discussions avec les syndicats se poursuivent.

Même si les délais prévus par la Loi ont pris fin le 6 janvier dernier, les parties ont convenu, d’un commun accord, de poursuivre les discussions pour en venir rapidement à une entente. Il faut donc laisser la place aux discussions. Aussi, les paramètres des discussions ne sont pas en contradiction avec la Loi sur l’équité salariale, a répondu par courriel le ministère.

Les fédérations du secteur public de la CSN vont demander à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) de poursuivre les enquêtes sur cette question et de trancher les plaintes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Emploi