•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rétention de médecins à l'Î.-P.-É. : une « approche passive », déplore l'opposition

Quatre infirmières dans un corridor d'hôpital.

Plus de 1 personne sur 10 n'a pas de médecin de famille à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : iStock / Photographerlondon

Radio-Canada

L'opposition officielle à l'Île-du-Prince-Édouard accuse le gouvernement d'adopter une « approche passive » quant à la rétention des professionnels de la santé. Selon le Parti vert, l'absence d'une stratégie mène au départ de nombreux médecins et infirmières.

La province risque de perdre les médecins et les infirmières qu'elle parvient tant bien que mal à recruter si elle ne fait pas l'effort de les garder, affirme Trish Altass, la porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé.

L'Île-du-Prince-Édouard est déjà aux prises avec une pénurie de médecins de famille et de médecins spécialistes, notamment des psychiatres.

Trish Altass redoute que la situation s'aggrave en raison du stress et de l'épuisement que vivent, selon elle, les médecins et les infirmières. Nous devons faire des suivis régulièrement auprès de nos médecins pour nous assurer que nous les soutenons, insiste-t-elle. Il faut éviter que les problèmes en arrivent au point où ils choisissent de partir.

Près de 16 000 insulaires n'ont pas de médecin de famille. C'est plus de 1 personne sur 10 dans la province.

Trish Altass dit qu'elle s'inquiète pour la région Évangéline, la plus récente communauté à se retrouver sans médecin de famille à l'Île-du-Prince-Édouard. La députée du Parti vert fait écho aux préoccupations d'élus locaux et de résidents, qui craignent les répercussions à long terme de l'absence d'un médecin dans la région acadienne.

Le ministre de la Santé et du Mieux-être, James Aylward, reconnaît qu'il y a place à l'amélioration. Il dit avoir eu des discussions constructives avec des médecins qui sont, selon lui, réceptifs aux idées qu'il propose. Nous examinons certaines pressions que subissent actuellement les médecins, en particulier en ce qui concerne l'épuisement professionnel et la charge de travail, indique-t-il.

L'élu estime que des cliniques collaboratives, regroupant plusieurs professionnels de la santé, font partie de la solution.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale